"Je sais que les automobilistes ne sont pas hyper ravis" : la cohabitation entre vélos, trottinettes et voitures toujours difficile à Paris

Alors que c'est ce week-end la fête du vélo, les relations restent tendues entre cyclistes et automobilistes. 

Un vélo au milieu de voitures à Paris en 2015. 
Un vélo au milieu de voitures à Paris en 2015.  (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)

À l'occasion de la fête du vélo ce week-end, des événements sont prévus partout en France samedi 1er juin et dimanche. A Paris, il y aura notamment la convergence vélo : des milliers de participants, venus de toute l'Ile-de-France, rouleront vers le centre de la capitale. Ils ont rendez-vous samedi midi devant l'hôtel de ville pour parader ensuite rue de Rivoli. Au-delà de cet événement festif, la cohabitation entre vélos, piétons, voitures et trottinettes se révèle au quotidien souvent compliquée à Paris. 

"C'est pas bien géré" 

Depuis son magasin de vêtements situé sur le boulevard Magenta dans l'est de la capitale, Bruno est un observateur privilégié des relations souvent tendues entre les différents usagers du bitume parisien. "Vous avez des trottinettes qui sont sur la route au niveau des voitures, vous avez des vélos qui sont carrément sur le trottoir, liste-t-il. C'est pas bien géré !" Selon lui il y a beaucoup d'accident, "avant-hier une trottinette se trouvait sur la voie des vélos, elle ne s'est pas arrêtée, elle a tapé un piéton. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé en tout cas les pompiers sont venus", poursuit-il. 

Les trottinettes, dernières arrivées dans les rues de la capitale, sont souvent pointées du doigt. Avec la sienne, Raphaël arrive au travail en moins de dix minutes. Il défend ce nouveau mode de transport. "Je pense que vu que c'est nouveau, les automobilistes pensent que ce n'est pas normal". 

Ce qui me parait absurde c'est d'avoir des voitures d'une tonne qui sont dangereuses pour les autres usagersRaphael, utilisateur de trottinettes à franceinfo


Les cyclistes sont une priorité affichée de la majorité actuelle à la mairie de Paris. Le plan vélo lancé en 2015 prévoyait à l'horizon 2020 le doublement des kilomètres de pistes cyclables. Cycliste de longue date, Olivia s'en félicite tout en reconnaissant les tensions que cela génèrent. "On a des autoroutes maintenant pour vélos à certains endroits. Je sais que les automobilistes ne sont pas hyper ravis de ces axes très larges. Elles ne sont pas très remplis mais peut-être que ça viendra avec le temps", espère-t-elle. 

Plus de vélos que de voitures en 2030 

Pour faire cohabiter toutes ces mobilités, la mairie de Paris mise sur la pédagogie et n'hésite pas à brandir la menace de sanctions assure Célia Blauel, adjointe en charge de l'environnement. "Aujourd'hui, on a des équipes de la ville de Paris mais aussi la police municipale qui ont cette possibilité de mettre des amendes notamment si une trottinette ou un vélo circulent sur un trottoir, c'est 135 euros d'amende". La mairie estime qu'en 2030, il y aura plus de vélos que de voitures à Paris. La mobilité sera en tout cas l'un des grands enjeux des municipales l'an prochain.