TER : les régions pourront bientôt ouvrir leurs lignes à la concurrence

Mardi 3 décembre, un pas de plus sera franchi vers la mise en concurrence des TER. Les régions volontaires vont pouvoir lancer des appels d'offres pour confier leurs trains à un autre opérateur que la SNCF. Elles espèrent de meilleurs services et des prix plus bas.

FRANCE 2

La SNCF va bientôt devoir faire de la place sur le quai de certaines gares. Dès demain, les régions pourront lancer des appels d'offres pour ouvrir à la concurrence certaines de leurs lignes régionales, à l'image de la Gare de Saint-Dié-des-Vosges (Vosges). Les usagers sont partagés. Avec de nouveaux opérateurs, la région Grand-Est espère baisser les coûts d'exploitation des lignes. "La SNCF a besoin d'être stimulée. C'est une grande entreprise, mais on sait que pour se réformer, elle a besoin d'être parfois en concurrence avec d'autres opérateurs", explique David Valence, vice-président chargé des transports du Grand-Est.

Une concurrence qui ne mènera pas forcément à des tarifs moins élevés

Comme la région Grand-Est, les Hauts-de-France et la région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur se sont dites prêtes à ouvrir leurs lignes à la concurrence. Mais le gain financier attendu par les régions ne profitera pas aux usagers, assure un expert. D'autres pays européens ont déjà ouvert à la concurrence leurs lignes, comme en Allemagne. Si le prix des billets n'a pas toujours baissé, le nombre de lignes et de trains a, lui, augmenté de plus de 20% en 20 ans.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un agent SNCF lors de la grève du 28 octobre 2019, à la gare de Bordeaux (Gironde). 
Un agent SNCF lors de la grève du 28 octobre 2019, à la gare de Bordeaux (Gironde).  (Valentino BELLONI / Hans Lucas / AFP)