Ce que l'on sait de l'interruption du trafic SNCF à la gare de l'Est de Paris, à la suite d'un "incendie volontaire"

Plus aucun train ne circule dans la grande gare parisienne en raison d'un acte de malveillance à un poste d'aiguillage à Vaires-sur-Marne.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Des voyageurs dans la gare de l'Est à Paris, le 24 janvier 2023. (THOMAS SAMSON / AFP)

Pagaille dans les trains entre l'est de la France et la capitale. Le trafic ferroviaire à la gare de l'Est à Paris est interrompu "toute la journée", mardi 24 janvier, à la suite d'un "incendie volontaire sur des câbles électriques" en Seine-et-Marne, a annoncé la SNCF. "On ne peut pas encore garantir" une reprise du trafic mercredi, a annoncé le ministre des Transports, Clément Beaune.

>> Suivez en direct l'évolution de la situation à la gare de l'Est à Paris

Cette interruption du trafic cause de très nombreux retards et annulations de trains pour les voyageurs. La SNCF a déposé plainte et demande à ceux qui le peuvent de décaler leur voyage prévu ce jour sur ces lignes. Voici ce que l'on sait de cet incident et de ses conséquences.

Des câbles ont été incendiés

L'interruption du trafic à la gare de l'Est à Paris a été causée par un "acte de malveillance", selon la SNCF. Cette nuit, "un incendie volontaire" a gravement endommagé "des gaines de câbles d'alimentation électrique des installations de signalisation et d'aiguillage" au poste de Vaires-sur-Marne (Seine-et-Marne), a précisé la compagnie ferroviaire sur son site. L'incendie se serait déclaré vers 1 heure du matin, dans la nuit de lundi à mardi, et l'alerte a été donnée auprès du commissariat de Noisiel vers 4h35, précise le parquet de Meaux. Sur une image diffusée par la SNCF, on peut voir des câbles calcinés.

Des câbles endommagés par un incendie au poste d'aiguillage de Vaires-sur-Marne, le 24 janvier 2023. (SNCF)

"Il y a eu un acte de vandalisme volontaire", a confirmé Anne-Marie Pannier, responsable de SNCF Réseaux en Ile-de-France, qui précise que des caniveaux de la SNCF ont été ouverts et que 48 câbles situés à l'intérieur ont été brûlés. "Un portillon d'accès aux voies était ouvert sans aucune trace d'effraction", a également précisé le parquet de Meaux. "Les conséquences, c'est que tous les postes de signalisation ne reçoivent plus en qualité et en sécurité les informations pour pouvoir faire circuler les trains en sécurité sur le réseau", a expliqué Anne-Marie Pannier en fin de matinée.

Une cinquantaine d'agents de SNCF Réseau, la branche de la SNCF en charge de la gestion du réseau ferroviaire, ont été envoyés sur les lieux de l'incident afin d'établir un diagnostic et de tenter de rétablir la circulation des trains. "Les travaux sont engagés en Seine-et-Marne pour rétablir les câblages", a précisé le ministre des Transports, lors d'une conférence de presse à la mi-journée.

Les conséquences sont importantes 

La circulation va être interrompue toute la journée, au départ et à l'arrivée de la gare de l'Est à Paris sur les lignes TGV Est et TER Grand Est. Seuls certaines rames de TGV ont pu être détournées vers la gare du Nord à Paris. "Les clients TGV devant voyager aujourd'hui sur les lignes impactées peuvent se faire intégralement rembourser ou demander un échange sans frais", précise la SNCF.

La ligne P du Transilien est aussi à l'arrêt sur les branches Paris-Meaux et Paris-Château-Thierry. A noter tout de même que les trains circulent normalement sur le RER E et sur la branche sud de la ligne P en direction de Coulommiers et Provins et sur la ligne TER Paris-Troyes-Mulhouse. 

La SNCF appelle les voyageurs à reporter leur voyage. "Le trafic est interrompu toute la journée au moins", a annoncé Clément Beaune lors de son point-presse. "On ne peut pas encore garantir" une reprise du trafic mercredi, a-t-il poursuivi. Un point de situation sera effectué en fin d'après-midi, vers 17 heures, pour la journée de demain.

La SNCF a déposé plainte, une enquête ouverte

La SNCF a confirmé auprès de franceinfo avoir déposé plainte à la suite de cet incendie volontaire. "Malheureusement, on a régulièrement des actes de malveillance sur les câbles, sur les voies pour prendre un peu de matériel qui a un peu de valeur, il faut donc que ces actes soient évidemment sévèrement sanctionnés parce qu'on voit les impacts qu'ils ont sur la vie quotidienne", a souligné Clément Beaune, le ministre des Transports, sur franceinfo. Le parquet de Meaux a ordonné l'ouverture d'une enquête pour "dégradation volontaire par incendie" et "mise en danger d'autrui". Les investigations ont été confiées au service de police judiciaire de Meaux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers SNCF

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.