"Le procédé manque d'élégance" : un ancien ministre exprime sa colère après avoir été obligé de payer son billet de train

Louis Mexandeau, 86 ans, l'ancien ministre des PTT de François Mitterrand, a dû payer son billet, alors que la fin de la gratuité des trains pour les anciens ministres et les parlementaires est entrée en vigueur. Contacté par franceinfo, il a expliqué avoir eu "le sentiment d'une certaine humiliation".

L\'ancien ministre socialiste Louis Mexandeau, le 4 mai 2017 à Paris.
L'ancien ministre socialiste Louis Mexandeau, le 4 mai 2017 à Paris. (JOEL SAGET / AFP)
avatar
Hugo CaillouxfranceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Louis Mexandeau pensait pouvoir monter à bord du train sans payer. Une fois la gare de Paris Saint-Lazare quittée, direction Caen, cet ancien ministre socialiste a dû s'aquitter, en octobre, du prix du billet et d'une amende de 50 euros, raconte Le Point, jeudi 16 novembre. Une chose inhabituelle pour cet homme de 86 ans qui n'a pas payé le train depuis qu'il a été nommé ministre, en 1981. "J'ai eu le sentiment d'une certaine humiliation", réagit l'ancien ministre des PPT de François Mitterrand, contacté par franceinfo vendredi.

La fin de la gratuité du train pour les anciens ministres et les députés honoraires, qui le deviennent à partir de trois mandats, a été décidée par François de Rugy, le président de l'Assemblée nationale, en juillet, comme l'explique Le Lab. Un dispositif qui fera gagner 800 000 euros au budget prévisionnel de l'Assemblée, selon le questeur Thierry Solère, contacté par franceinfo.

"Le service n'est pas toujours excellent"

Mais à 86 ans, Louis Mexandeau a encore cette amende en travers de la gorge. "J'étais de bonne foi, se défend-il. A l'aller, le 3 octobre, le contrôleur me dit que la fin de la gratuité était prorogée jusqu'à la fin du mois." Problème : il n'en est rien, la fin de la gratuité est, en fait, entrée en vigueur au 1er octobre, confirme Thierry Solère.

Au retour, le 8 octobre, le contrôleur de la SNCF demande donc à Louis Mexandeau de payer son billet, et lui donne une amende de 50 euros pour billet invalide, soit "105 euros en tout", relate l'ex-ministre. "J'ai payé, lâche-t-il. Je n'ai pas voulu en faire un fromage, mais vous conviendrez que le procédé manque d'élégance." L'addition passe mal pour celui qui "a eu le train gratuit" depuis 1981. Surtout que "le service [entre Paris-Saint Lazare et Caen] n'est pas toujours d'une excellence terrible", lâche-t-il. "On nous fait voyager dans des trains hors d'âge."

Louis Mexandeau est d'ailleurs choqué par la décision de revenir sur les avantages des anciens élus.

Il s'agit d'une sorte de surenchère, comme si la nouvelle Assemblée succédait à un ramassis de corrompus, ce qui n'est pas le cas.

Louis Mexandeau

à franceinfo

"Si j'ai le temps, j'écrirai à Guillaume Pepy [le président de la SNCF], je lui dirai qu'il ne faut pas pousser. Je lui parlerai de la façon dont on traite les élus." Les tarifs pour les élus sont fixés par une convention passée entre la SNCF et l'Assemblée, explique l'entreprise ferroviaire. "Nous, on est justement là pour revaloriser le travail des parlementaires, répond Thierry Solère. Je ne vois pas en quoi le fait d'avoir été parlementaire vous donne des droits plus que les autres." En attendant, Louis Mexandeau assure avoir déjà pris "une carte de réduction".