SNCF : "Il n'y aura pas de grève cet été", selon le PDG Guillaume Pepy

Le patron de la compagnie ferroviaire a commenté les derniers chiffres de la participation au mouvement social. Il a estimé par ailleurs que la grève ne se prolongerait pas cet été.

Le PDG de SNCF Mobilités, Guillaume Pepy, lors d\'une conférence de presse pour présenter les résultats financiers du groupe, le 27 février 2018 à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).
Le PDG de SNCF Mobilités, Guillaume Pepy, lors d'une conférence de presse pour présenter les résultats financiers du groupe, le 27 février 2018 à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). (ERIC PIERMONT / AFP)

"Les cheminots sont des gens responsables." Le PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, a fait un point sur la mobilisation des cheminots opposés à la réforme de la compagnie ferroviaire, dimanche 22 avril, dans le "Grand Jury" sur RTL, LCI et Le Figaro. Il a estimé que les cheminots ne prolongeraient pas la grève cet été.

Le calendrier des grèves perlées organisées par les syndicats – qui porte sur deux jours de grève tous les cinq jours – court pour l'instant jusqu'à fin juin. A en croire les informations du Parisien, toutefois, les syndicats vont prochainement se concerter pour une éventuelle prolongation du mouvement pendant les vacances. Mais Guillaume Pepy ne croit pas à cette option.

Il n'y aura pas de grève cet été. Les cheminots sont des gens responsables. Lorsque une loi est votée (...) ça veut dire que le peuple français a parlé et les cheminots sont légitimistes. Je suis convaincu que les cheminots sont des gens responsables.Guillaume Pepysur RTL

A plus court terme, Guillaume Pepy a annoncé que la SNCF mobiliserait l'essentiel de ses moyens pour le week-end des 28 et 29 avril, au début du pont du 1er mai, afin d'assurer "plus de 250 TGV par jour, peut-être 280" malgré la grève.

Des discussions avec les usagers et les élus

A l'approche de la fin de l'année scolaire et universitaire, Guillaume Pepy a annoncé la mise en place d'un "PC exam", qui travaillera avec les rectorats et les universités "pour pouvoir garantir les trains qui desservent les centres d'examen". La SNCF va également rencontrer mardi des associations d'usagers dans toute la France "pour voir ce qu'elles pensent de notre fonctionnement pendant la période de grève".

Des rencontres sont aussi prévues avec les présidents de région, y compris Valérie Pécresse en Ile-de-France, pour discuter de dispositifs de remboursement pour les abonnés de liaisons locales perturbées par le mouvement. Enfin, la SNCF va enfin créer un guichet unique "pour que les entreprises qui rencontrent des difficultés du fait de la grève, par exemple qui ont des salariés qui ne sont pas là, puissent rencontrer un interlocuteur".