Grève : les commerces des gares en chute de fréquentation

Parmi les victimes collatérales du conflit autour de la réforme des retraites figurent les commerçants installés près des gares.

France 2

Le dimanche 29 décembre au matin, seuls quelques voyageurs se trouvaient sur les quais et dans les halls de la gare du Nord, à Paris. Conséquence : les commerçants font grise mine. Mathieu Rigaud a vu la fréquentation de son magasin de téléphonie chuter de 30 %. "Normalement, à cette heure-là, la gare est pleine, mais là il n'y a personne. C'est dur, les journées sont longues... Ce n'est pas facile", souffle le vendeur. Un peu plus loin, dans une chocolaterie, la perte est encore plus importante : 50 %.

Une baisse de 30 et 50 % du chiffre d'affaires des commerçants situés près des gares

Pas grand monde à l'intérieur de la gare, comme à l'extérieur. Dans un café situé juste en face, les clients sont aussi moins nombreux. La situation est même pire que l'an dernier. "L'année dernière, c'était plus ou moins les 'gilets jaunes', mais là ça a rajouté avec les transports... Ça affecte tout le monde", raconte Amir Lhocine, serveur au Café du Nord. À Paris, en raison de la grève, les commerçants situés près des gares auraient perdu entre 30 et 50 % de leur chiffre d'affaires.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une passagère coincée en gare de Nantes, le 21 décembre 2019.
Une passagère coincée en gare de Nantes, le 21 décembre 2019. (ROMAIN BOULANGER / MAXPPP)