Alerte à la bombe à la gare de Montpellier : un individu a menacé les passagers d'un train via l'application AirDrop de son IPhone

Des passagers de l'Intercités Bordeaux-Marseille ont reçu un message sur leur téléphone les informant qu'une bombe était à bord du train. Ils ont prévenu les contrôleurs. Heureusement, c'était une fausse alerte.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Alertés par les passagers, les contrôleurs d'un Intercités reliant Bordeaux à Marseille ont pu prévenir la police qu'une bombe était signalée à bord, le 25 mai 2022. Une fausse alerte (illustration). (BERULLIER MAX / MAXPPP)

La gare Saint-Roch de Montpellier a été évacuée en fin de soirée mercredi 25 mai après une alerte à la bombe à bord d'un Intercités, a appris franceinfo auprès de la SNCF.

Il est 21h45 mercredi soir quand les passagers de l'Intercités effectuant la liaison entre Bordeaux et Marseille reçoivent un message inquiétant sur leur téléphone : "Accepte ce message ou je fais exploser le train". Le message a été émis via l'application AirDrop d'IPhone, qui permet aux appareils de communiquer entre eux sans que leurs propriétaires ne se connaissent.

Une blague d'après le suspect

Les passagers ont alerté les contrôleurs et un policier hors service a réussi à identifier l’auteur des menaces. Arrivé à Montpellier, le train a été évacué comme la gare. Les services de déminage ont alors pu intervenir à bord du train pour lever les doutes. Aucun engin explosif n'était présent dans la rame. Les passagers ont alors pu regagner leur place et l'Intercités est reparti vers minuit pour arriver à Marseille vers 1h30.

Le suspect a lui été interpellé à la descente du train où l'attendaient les policiers. Il s'agit d'un jeune homme de 18 ans. Placé en garde à vue, il a assuré avoir voulu faire une blague. Il détenait un couteau et une cagoule dans son sac à dos. Il n’était pas connu des services de police.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers SNCF

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.