Seine-Saint-Denis : les métros de la ligne 5 ciblés par des jets de pavés depuis trois jours

France Bleu Paris rapporte qu'il n'y a pas de blessé, mais des vitres ont été brisées et le trafic de la ligne 5 a dû été interrompu à chaque fois.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un métro de la RATP quitte la station Bastille, le 26 janvier 2020. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Les métros de la ligne 5 sont depuis le dimanche 14 novembre la cible de jets de pavés tous les soirs à la même heure, à Bobigny (Seine-Saint-Denis), rapporte France Bleu Paris, mercredi 17 novembre. Il n'y a pas de blessés, mais des vitres ont été brisées et le trafic a dû été interrompu à chaque fois, précise France Bleu.

Les jets de pavés sont intervenus mardi soir entre les stations Bobigny-Pantin Raymond Queneau et Pablo Picasso - Bobigny. La ligne a été coupée entre 18 heures et 20 heures entre les stations Bobigny Pablo-Picasso et Eglise de Pantin.

Des incidents similaires se sont produits également dimanche et lundi soir, selon une source policière contactée par France Bleu. La RATP confirme que le trafic a été interrompu deux fois lundi 15 novembre entre 19 heures et 20 heures, après des jets de projectiles sur les rames. Des équipes du GPSR (les équipes de sûreté de la RATP) et de la police sont intervenues "pour sécuriser les trains et les lieux concernés", indique un porte-parole de l'entreprise à France Bleu.

Une plainte déposée

"La RATP condamne très fermement ces actes de malveillance irresponsables et apporte tout son soutien aux voyageurs et aux agents", indique un porte-parole de l'entreprise. Personne n'a été blessé mais ces incidents perturbent le trafic sur toute la ligne et provoquent des interruptions de service. Une plainte a été déposée.

"Des individus jouent à cache-cache avec la police et lancent des pavés au passage de nos trains sur la partie aérienne des voies", indique le compte Twitter de la ligne 5, en réponse à des usagers qui s'étonnent de voir ces interruptions de trafic se reproduire tous les soirs à la même heure. Aucune interpellation n'a eu lieu pour le moment, selon les informations de France Bleu.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.