Cet article date de plus de neuf ans.

Seafrance : l'offre de reprise de la CFDT seule en lice

La CFDT de Seafrance est la seule à avoir déposé un projet de reprise de la compagnie maritime, via une Scop. La limite de dépôt des dossiers de reprise était ce lundi. Mais le projet de la CFDT reste non financé.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Personne ne s'est bousculé pour proposer de remettre en route les ferrys de Seafrance, à Calais. Résultat, alors que la limité fixée pour le dépôt de dossiers de reprise expirait ce lundi à 17 h, l'offre de la CFDT est la seule sur la table.

Louis Dreyfus Armateurs (LDA), associé au groupe de ferries danois DFDS, a donc renoncé à renouveler son offre, rejetée une première fois par le tribunal de commerce de Paris le 16 novembre. Cette offre, fortement combattue par la CFDT, prévoyait de conserver 460 emplois équivalent temps plein, et trois des quatre navires, pour un prix d'achat de 5 millions d'euros.

Le syndicat majoritaire dans l'entreprise propose de monter une Scop (société coopérative et participative) pour ramener à la vie cette filiale de la SNCF, lourdement déficitaire. Mais ce projet n'est pas financé. La CFDT estime qu'il lui faudrait 40 millions d'euros, notamment pour faire repartir les quatre navires bloqués à quai pour raison de sécurité.

Les collectivités locales ont été sollicitées. La CFDT assure pouvoir compter sur 15 millions d'euros et doit également se trouner vers le Fonds stratégique d'investissement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.