DIRECT. "Gilets jaunes" : les Champs-Elysées seront réservés aux piétons samedi, avec des "contrôles systématiques", annonce le ministre de l'Intérieur

Christophe Castaner a, par ailleurs, effectué son premier déplacement en région en relation avec le mouvement contre la hausse des taxes. Il s'est notamment rendu au péage de Virsac, sur l'A10, haut lieu de la contestation des "gilets jaunes" en Gironde.

Ce direct est terminé.

Ce qu'il faut savoir

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, était l'invité du "19/20" sur France 3, jeudi 29 novembre. "Nous avons décidé de fermer les Champs-Elysées à la circulation samedi", a-t-il annoncé. Puis il a précisé qu'il y aura, aux points d'entrée de la zone, pour les piétons, "des contrôles systématiques", "fermes". Dans la journée, il a annoncé qu'ils n'étaient que 3 577 "gilets jaunes" mobilisés à 11 heures. La veille, à 14 heures, ils étaient moins de 7 000. Par ailleurs, son ministère a fait savoir qu'aucune manifestation de "gilets jaunes" n'avait encore été déclarée sur les Champs-Elysées pour samedi. Seules deux demandes de manifestations ont été déposées à la préfecture de police de Paris : une manifestation de Madeleine à République, et un rassemblement à République. 

François Hollande sur le terrain. L'ancien président de la République a lui aussi rencontré des "gilets jaunes", mais à Antraigues-sur-Volane (Ardèche). Dans une courte vidéo de la rencontre mise en ligne par France Bleu Drôme Ardèche, l'ex-chef de l'Etat a défendu son bilan devant une poignée de personnes mobilisées. Il a notamment mis en avant le coup de pouce donné au smic, au début de son quinquennat, et le CICE (Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi), qui a permis de baisser les charges pesant sur les entreprises. Il rencontrera d'autres "gilets jaunes" à Montauban vendredi, selon son entourage, cité par l'AFP. 

Nouvelle rencontre avec l'exécutif. Des porte-parole des "gilets jaunes" seront reçus, vendredi, à 14 heures, à Matignon, par Edouard Philippe. Ils souhaitent  "que cette rencontre soit plus satisfaisante et concrète que la première" avec François de Rugy, mardi. La composition de la délégation sera "précisée ultérieurement" pour une représentation la plus large possible, a appris franceinfo auprès du cabinet du Premier ministre. 

Un porte-parole boycotte déjà Matignon. L'un des membres de la "délégation" officielle des "gilets jaunes", Eric Drouet, a confirmé à franceinfo qu'il refusait de se rendre à Matignon vendredi. Il ne veut le faire que lorsque le gouvernement annoncera "un début de mesure", ce qui n'est pas le cas pour le moment, selon lui.

Des consultations lancées. Le Premier ministre a entamé, jeudi matin, deux jours de consultations, afin de dessiner la "grande concertation" locale de trois mois souhaitée par Emmanuel Macron pour tenter d'apporter de nouvelles réponses au mouvement des "gilets jaunes". Edouard Philippe recevra les membres du Conseil national de la transition énergétique. 

A La Réunion, la visite d'Annick Girardin perturbée. La ministre des Outre-mer rencontre, jeudi, une délégation de "gilets jaunes" à la sous-préfecture de Saint-Pierre, à La Réunion. Près de 200 manifestants ont protesté devant le bâtiment jeudi matin. Vingt-et-un barrages ont été installés sur les routes de l'île, selon les informations de Réunion La 1ère. 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GILETS_JAUNES

23h47 : "Que voulez-vous ? Le cynisme fait partie de la vie politique."

Dans un discours devant la communauté française en Argentine, Emmanuel Macron semble régler ses comptes avec François Hollande, qui a rencontré aujourd'hui des "gilets jaunes" en marge d'un déplacement privé en Ardèche. "J’entends les voix qui parfois n’avaient pas réussi à bouger les choses et qui sont sans doute plus à la racine de cette situation que nous vivons que le gouvernement", a déclaré le chef de l'Etat, selon des propos rapportés par plusieurs journalistes.

22h02 : Le député de la France insoumise François Ruffin veut servir de "passerelle" entre les "gilets jaunes" et les Parisiens qui s'étaient mobilisés pour "Nuit debout". Ce jeudi soir sur la place de la République à Paris, il a appelé les participants à participer à un cortège qui "aille massivement aux Champs-Elysées ce samedi", et à se retrouver autour "d'apéros Facebook, vin chaud".


(AFP)

20h49 : La Fédération du commerce tire la sonnette d'alarme avant un troisième week-end de mobilisation des "gilets jaunes" qui serait "véritablement catastrophique". "On est vraiment dans des situations qui deviennent extrêmement difficiles qui conduisent à du chômage technique" affirme sur franceinfo Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la grande distribution.

20h45 : Si vous n'avez pas pu voir l'intervention de Christophe Castaner, tout à l'heure sur France 3, la revoici en intégralité. Le ministre de l'Intérieur a indiqué que l'avenue des Champs-Elysées serait fermée à la circulation samedi, et que les piétons seraient contrôlés et fouillés.



20h29 : Environ 500 personnes sont actuellement réunies sur la place de la République, à Paris, à l'initiative du collectif La fête à Macron, proche du député La France insoumise François Ruffin. Quelques personnes habillées d'un gilet jaune sont présentes. Au micro, un appel à participer à la manifestation de samedi sur les Champs-Elysées a été lancé.







(CHRISTOPHE RAUZY / FRANCEINFO)

20h17 : La pétition contre la hausse des prix du carburant, lancée fin mai par Priscillia Ludosky, vient d'atteindre le million de signatures sur la plateforme Change.org. Il s'agit de la deuxième pétition la plus signée depuis l'ouverture en 2012 de la plateforme, derrière la pétition "Loi travail, non merci" (1,3 million) lancée en 2016 par Caroline de Haas.

19h50 : Interrogé sur le fait de savoir si les "gilets jaunes" seraient autorisés ou non à se rendre sur les Champs-Elysées, Christophe Castaner a laissé entendre que oui. Il a précisé que l'avenue serait fermée "hermétiquement" à la circulation automobile. Des fouilles de sacs et des contrôles d'identité "systématiques" seront réalisés pour pénétrer sur l'avenue.

19h43 : Les Champs-Elysées seront fermés à la circulation samedi, avec des contrôles systématiques pour les piétons, annonce Christophe Castaner sur France 3.

19h54 : Nous vous en parlions un peu plus tôt dans ce direct : François Hollande a rencontré des "gilets jaunes" en marge d'un déplacement privé en Ardèche. "Macron doit répondre devant le pays", a-t-il déclaré, les incitant à "continuer à prendre la parole". Résumé de sa visite dans notre article.



(JC TARDIVON / MAXPPP)

19h05 : Comme nous vous le disions il y a quelques minutes, Patrick de Perglas, "gilet jaune" en grève de la faim depuis onze jours, a été reçu par Edouard Philippe. "Je lui ai dit que si on continuait comme ça on va au drame, à une nouvelle révolution", a-t-il confié au micro à franceinfo après le rendez-vous. Voici sa réaction en vidéo.



18h49 : Cette déclaration de manifestation sur les Champs-Elysées émane du collectif Banlieues pour gilets jaunes.

18h31 : Une déclaration est parvenue à la préfecture de police pour l'organisation d'un rassemblement samedi sur les Champs-Elysées, selon les informations de France 3.

18h29 : Quelque 130 000 bénévoles des Banques alimentaires s'activent pour organiser trois jours de grande collecte nationale. Leur signe distinctif ? Un gilet orange. Le responsable des Banques alimentaire demande aux "gilets jaunes" de ne pas bloquer les "gilets orange". Plus d'infos dans notre article.



(ELIOT BLONDET / AFP)

18h05 : Patrick de Perglas, "gilet jaune" en grève de la faim, a été reçu par Edouard Philippe. Il dit sur franceinfo avoir été reçu par le Premier ministre pendant 40 minutes.



(FRANCEINFO)

17h31 : François Hollande doit rencontrer d'autres "gilets jaunes", demain, à Montauban (Tarn-et-Garonne). Son entourage l'a indiqué à l'AFP.

17h16 : "Quelque chose me pousse à aller voir le président, lui parler afin d'éviter une catastrophe."

Parti de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) à pied pour rencontrer le président de la République, Patrick de Perglas a trouvé porte close. "Ça aurait été autre part, dans un autre pays, un messager qui fait 350 kilomètres à pied... Un roi, je pense, aurait reçu le messager pour l'écouter", a estimé, hier, dans "C à Vous", sur France 5, ce gilet jaune en grève de la faim.

(FRANCE 5)

16h58 : Il sait de quoi il parle ? Il n’aurait pas été président, lui ?

16h56 : Quel culot... il se dédouane entièrement de sa responsabilité de la situation !! Honteux !

16h55 : Et Hollande qui fait sa campagne électorale avec un opportunisme inouï !

16h56 : Vous êtes nombreux à réagir en apprenant que François Hollande a discuté avec des "gilets jaunes" en Ardèche.

16h48 : Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, sera tout à l'heure l'invité du "19/20" de France 3. Il sera interrogé par Carole Gaessler.

16h44 : François Hollande est allé à la rencontre de "gilets jaunes" à Antraigues (Ardèche). "Il faut continuer à prendre la parole et faire que ça puisse déboucher, parce qu'il faut que ça débouche", dit l'ancien président, rapporte France Bleu Drôme Ardèche.

16h00 : Outre les revendications formulées par les "gilets jaunes", nous vous invitons à faire un tour d'horizon de leurs griefs et demandes à travers les inscriptions sur leurs gilets. Voici notre diaporama.




(MAXPPP)




(MAXPPP)





(MAXPPP)

15h40 : A quoi ressemblera la nouvelle manifestation des "gilets jaunes" samedi ? Notre journaliste Raphaël Godet a interrogé l'un des porte-parole du mouvement, Eric Drouet. "On veut être au plus près de l'Elysée pour la symbolique que cela représente, donc les Champs-Elysées, c'est idéal", a expliqué ce dernier.

15h32 : "D'un côté les petites boîtes sont impactées directement par la hausse des carburants, près de 90% d'entre elles nous disent qu'elles sont impactées, et de l'autre côté il y a une très forte crainte sur l'impact économique que peut représenter le mouvement des 'Gilets jaunes."

Le secrétaire général de la CPME s'est exprimé face à des journalistes à l'issue d'une rencontre avec Edouard Philippe. Il s'est entretenu avec le Premier ministre afin de préparer la "grande concertation" sur la transition écologique et sociale promise par Emmanuel Macron.

15h30 : "Les PME aujourd'hui sont un peu prises en tenaille." Le secrétaire général de la CPME (confédération des petites et moyennes entreprises) exprime son inquiétude quant à l'impact économique du mouvement des "Gilets jaunes" sur leur chiffre d'affaires à l'approche de la période "cruciale" des fêtes de Noël.

14h48 : "Il n'est pas acceptable de faire obstacle au fonctionnement de la police municipale ou de la police nationale chargées d'assurer la sécurité de nos concitoyens, ni d'empêcher le bon fonctionnement des services publics."

Le préfet de l'Eure réagit après les déclarations du maire (Les Républicains) d'Evreux, Guy Lefrand, qui invite des "gilets jaunes" à bloquer la préfecture ou la police municipale.

14h45 : Le maire (Les Républicains) d'Evreux, Guy Lefrand, a invité dans une vidéo des "gilets jaunes" à bloquer la préfecture ou la police municipale. "Le préfet de l'Eure a pris connaissance avec stupéfaction des propos de Guy Lefrand, propos qui ne correspondent pas à la qualité habituelle des relations entretenues par le maire et le préfet", indique la préfecture dans un communiqué.

13h56 : Un journaliste de BFM Paris qui avait diffusé une information erronée à l'antenne, dimanche, a porté plainte pour "menaces" et "harcèlements". Barthélémy Bolo avait désigné, à tort, une zone de chantier des Champs-Elysées, comme étant une conséquence d'un dépavage lors de la manifestation des "gilets jaunes". "J’ai fait une erreur et je la reconnais volontiers. Il y a eu des pavés enlevés, mais pas autant", s'était excusé le journaliste sur Twitter.

13h46 : "Le centre de Paris ressemble à une zone de guerre." CNN, Fox News, Deutsche Welle ou encore Al Jazeera ont suivi et commenté la manifestation des "gilets jaunes" à Paris, le 24 novembre. Voici comment des médias étrangers ont parlé de cette mobilisation et des incidents qui ont suivi.

(FRANCEINFO)

13h23 : Faux ! J'ai mis mon gilet à 10h55 et personne ne m'a compté (à moins que nous ne soyons autrement surveillé cf: 1984) 😁

13h23 : J'adore la fin du chiffre annoncé "77"... Pas un de plus ni de moins... 😂

13h24 : Dans les commentaires, vous ironisez sur le nombre de "gilets jaunes" mobilisés en France à 11 heures. Ils étaient très exactement 3 577, a affirmé tout à l'heure le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner.

13h13 : La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, a fait une série d'annonces à La Réunion. Sont-elles nouvelles ? La Réunion 1ère les a épluchées une à une. Conclusion : ces annonces n'en sont pas vraiment.



(RICHARD BOUHET / AFP)

12h51 : Finalement, le ministre de l'Intérieur n'a pas dit un seul mot sur la mobilisation de samedi. Il a principalement pris la parole pour remercier les forces de l'ordre et les assurer du soutien total du gouvernement.

12h50 : "Je suis fier d'être votre chef", a répété Christophe Castaner aux forces de l'ordre, sur un ton très solennel.

12h46 : "Il n'y a pas de liberté sans ordre public", martèle Christophe Castaner, comme il le fait depuis le début de la mobilisation.

12h42 : A 11 heures, 3 577 "gilets jaunes" sont mobilisés en France, selon le ministre de l'Intérieur.

12h39 : Christophe Castaner s'exprime. Il commence par remercier les forces de l'ordre pour leur engagement.



(FRANCEINFO)

12h35 : Le ministre de l'Intérieur doit prendre la parole d'un instant à l'autre pour faire un point sur la mobilisation de samedi. Vous pouvez le regarder en direct par ici et sur le canal 27 de la TNT.

11h56 : Le journaliste de BFMTV Barthelemy Bolo a porté plainte, hier, dans un commissariat à Paris pour "menace" et "harcèlement". Il s'était trompé en désignant une zone de chantier comme les conséquences d'un dépavage des "gilets jaunes". Il a ensuite reconnu son erreur, mais il fait l'objet de menaces et d'insultes sur les réseaux sociaux

11h22 : Bonjour @anonyme, 25 barrages ont été installés sur l'ensemble de l'île, relaie Réunion la 1ere. Après s'être entretenu avec une délégation de "gilets jaunes" en sous-préfecture, la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, rencontre des agriculteurs.

11h21 : Quid de la situation à La Réunion ?