Carburants : aider uniquement ceux qui prennent la route pour aller travailler est "trop restrictif", dénonce Familles rurales

Dans les territoires ruraux, "il n'y a pas d'alternative aux déplacements que de prendre sa voiture individuelle non seulement pour aller au travail, mais également pour aller à l'école, faire ses courses, accéder aux soins", pointe le président de l'association.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dominique Marmier, président de l'association Familles Rurales, le jeudi 21 octobre 2021 sur franceinfo.  (RADIO FRANCE / FRANCEINFO)

Pour faire face à la hausse des prix du carburant, le gouvernement réfléchit à la mise en place d’aides notamment pour ceux qui sont forcés de prendre la route pour aller travailler. L'exécutif privilégie la piste d'une hausse du barème des indemnités kilométriques.

>> Prix des carburants : un "geste" fiscal pour les gros rouleurs seulement, la "moins mauvaise des options" pour le gouvernement ?

Dominique Marmier, président de Familles rurales, a dénoncé mardi 25 janvier sur franceinfo une mesure "trop restrictive qui ne va pas du tout dans le bon sens". 

"C'est une mesure qui ne nous satisfait pas parce que c'est une mesure fiscale."

Dominique Marmier, président de Familles rurales

à franceinfo

"N'oublions pas que dans notre pays, la moitié des ménages ne paient pas l'impôt sur le revenu, pointe Dominique Marmier. Donc, on met de côté la moitié des familles", dénonce-t-il.

Pas d'alternative à la voiture dans les campagnes

Ensuite, en n'aidant que ceux qui se déplacent pour leur travail, on oublie "que dans les territoires ruraux, on vit une vraie fracture territoriale", insiste-t-il. Il n'y a pas d'alternative aux déplacements que de prendre sa voiture individuelle personnelle non seulement pour aller au travail, mais également pour aller à l'école et également pour aller dans les différents services, dans les commerces, faire ses courses, accéder aux soins, etc.", a-t-il expliqué.

Dominique Marmier propose une "baisse de la TVA et un chèque supplémentaire" pour aider les ménages. "On a comparé une famille qui vit en ville avec une famille qui vit dans les territoires. C'est quasiment 600 à 1 000 euros de plus sur l'année rien que pour la facture déplacement", a-t-il indiqué.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Prix des carburants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.