Près de 36 heures de retard pour un vol Toulouse-Malaga, la police intervient pour calmer les passagers

120 passagers d'un vol Toulouse-Malaga (Espagne) ont été victime d'un retard de 36h, en raison d'un problème technique. Face à l'absence d'informations, les esprits se sont échauffés, la police a dû intervenir pour calmer les passagers furieux.

Excédés par l\'attente, des passagers se sont énervés dans le hall de l\'aéroport de Toulouse, obligeant la police à intervenir
Excédés par l'attente, des passagers se sont énervés dans le hall de l'aéroport de Toulouse, obligeant la police à intervenir (PASCAL PAVANI / AFP)

Les passagers d'un vol JetAirFly Toulouse-Malaga (Espagne), qui devait décoller samedi 3 septembre à 6h de l'aéroport de Blagnac ont appris le lendemain matin que leur avion partirait finalement à 17h40, en raison d'un problème technique, soit près de 36 heures après l'horaire prévu, selon les informations de France Bleu Toulouse.

Les 120 voyageurs avaient été convoqués samedi à 4h pour prendre leur avion à 6h… en vain. Ils ont passé la journée à attendre dans le hall d'embarquement : "Jusqu'à midi, l'ambiance était relativement calme, la pression est montée vers 15 heures, certains ont poussé une gueulante, la police a dû venir les calmer !" explique à France Bleu un jeune homme qui a perdu "deux jours de location de voiture et une visite de l'Alhambra pour 70 euros par personne programmée ce dimanche."

"16 heures 30 dans un terminal, où on a mangé un pauvre sandwich triangle avec une bouteille d'eau" raconte également un autre passager.

En soirée, ces voyageurs ont été envoyés à l'hôtel, et priés de revenir à l'aéroport le lendemain matin.

Comme il s'agit d'un vol charter, des passagers étaient également coincés à Marseille, et, en Espagne, une centaine de Toulousains attendaient de pouvoir rentrer en France : "Je reprends le travail lundi, j'espère qu'on va finir par partir !" sourit l'un d'eux, joint par France Bleu.

Contactée par la rédaction, la compagnie JetAirFly n'a pas souhaité s'exprimer.