Angola : pénurie d’essence chez le deuxième producteur de pétrole d’Afrique

L'Angola, deuxième producteur de brut d'Afrique derrière le Nigeria, est paralysé par une pénurie de carburant depuis plus d'une semaine. La plupart des stations-service de la capitale Luanda sont assiégées par de longues files d'automobilistes en quête d'essence.

Production de pétrole en Angola.
Production de pétrole en Angola. (RODGER BOSCH / AFP)

Les stations services de beaucoup d'autres provinces du pays connaissent aussi des pénuries de carburant, ont confirmé plusieurs habitants contactés par l'AFP. Résultat de cette pénurie : les prix au marché noir se sont envolés.

La Sonangol, la compagnie pétrolière nationale, a reconnu "quelques retards dans le déchargement des carburants dans les ports du pays", sans préciser l'origine du problème. Elle a toutefois assuré que la situation devrait revenir à la normale dans les prochains jours.

Un prêt d'un milliard de dollars de la Banque Mondiale

L'Angola ne dispose pas de raffineries et doit importer son essence. Or, les finances du pays ont du mal à se relever de la chute de ses recettes liée à la forte baisse des cours de ces dernières années. La Sonangol est elle-même dans de grandes difficultés.

Luanda a obtenu récemment un prêt d’un milliard de dollars de la Banque mondiale en appui à ses projets de réformes, dont la restructuration de la compagnie publique Sonangol. A plus long terme, l’économie devrait bénéficier de la reprise des cours du brut… et de la découverte d’un nouveau gisement au large de ses côtes. L'Angola produit plus de 1,4 million de barils de brut par jour, juste derrière le Nigeria. Mais pour l'heure, les files d'attentes à la pompe s’allongent.