Cet article date de plus de cinq ans.

Paris-New-York en 90 minutes ? Airbus relance l'idée d'un avion supersonique

Volera-t-on à nouveau plus vite que le son ? Depuis la fin du Concorde en 2003, la question resurgit régulièrement et des projets pour un nouvel avion supersonique ressortent des cartons. Cette fois, c'est Airbus qui relance la spéculation : l'avionneur européen vient de déposer deux brevets aux Etats-Unis, à six mois d'intervalle, pour un futur avion supersonique.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Un exemplaire du Concorde transféré au musée de Blagnac, le 14 mars 2014 ©maxPPP)

Deux brevets déposés par Airbus aux Etats-unis relancent l'idée d'un avion supersonique français. Pour l’instant la démarche du constructeur consiste à déposer et actualiser des brevets pour protéger un certain nombre de technologies. Mais le projet d’avion, s’il existe bien, n’est clairement pas prioritaire, explique l’avionneur européen.

Des obstacles financiers et technologiques

Dans le meilleur des cas, un premier prototype pourrait voir le jour dans une vingtaine d’années. Il s’agirait d’un avion supersonique, ou plutôt même hypersonique : deux moteurs d’avion pour décoller, un moteur de fusée pour prendre le relais, monter à 30.000 mètres d’altitude, voler à Mach 5 et relier Paris à New-York en 1h30.

Le marché d’un tel appareil serait plutôt transpacifique, il correspond à un monde centré sur l’Asie. Les obstacles à son développement sont toutefois nombreux, technologiques mais surtout financiers. Son coût serait astronomique et la rentabilité d’un tel projet reste à prouver. Rappelons que le Concorde, une merveille technologique à l’époque, ne s’était vendu qu’à 14 exemplaires.

"Un coup d’Airbus pour obliger Boeing à investir des sous"

Selon Michel Polacco, spécialiste aéronautique de France Info : "Airbus est en train de nous annoncer une future navette spatiale qui transporterait 20 passagers, volerait à deux fois la vitesse de Concorde, à 4,5 fois la vitesse du son, donc on est dans l’univers de la fusée. Donc le projet est très beau mais n’est pas pour demain. Je crois que c’est un coup d’Airbus pour obliger Boeing à imaginer qu’ils vont essayer de développer de tels projets et investir des sous. "

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.