"Gilets jaunes" : le gouvernement durcit le ton

Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, a demandé aux forces de l'ordre de déloger les "gilets jaunes". Partout en France, les déblocages commencent.

Voir la vidéo
FRANCE 3

À Cournon-d'Auvergne (Puy-de-Dôme), le face-à-face entre les manifestants et les CRS est tendu. Les forces de l'ordre sont intervenues mardi 20 novembre pour déloger les "gilets jaunes" qui bloquaient un dépôt de carburant depuis la veille. Ce déblocage symbolise la nouvelle stratégie de l'exécutif, durcit par le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner mardi 20 novembre. "On a une dérive totale d'une manifestation qui pour l'essentiel était bon enfant samedi et aujourd'hui on voit qu'on a une radicalisation", a -t-il déclaré dans "Les 4 Vérités" mardi matin sur France 2.

Une centaine d'actions en cours

Tôt mardi, le site de Vern-sur-Seiche près de Rennes (Ille-et-Vilaine), a été débloqué dans le calme. Près de Toulouse (Haute-Garonne), le déblocage du dépôt de Lespinasse est toujours en cours, sans incident non plus. Les manifestants ne veulent pas d'affrontement et jouent au chat et à la souris avec les forces de l'ordre. Malgré un nombre de manifestants en baisse, une centaine d'actions est toujours en cours, partout en France.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des \"gilets jaunes\" manifestent près du dépôt de pétrole de Fos-sur-mer (Bouches-du-Rhône), lundi 19 novembre 2018.
Des "gilets jaunes" manifestent près du dépôt de pétrole de Fos-sur-mer (Bouches-du-Rhône), lundi 19 novembre 2018. (GERARD JULIEN / AFP)