Cet article date de plus de six ans.

Le cargo échoué à Anglet se disloque

Le Luno, ou plutôt ce qu'il reste de ce cargo battant pavillon espagnol qui s'est brisé sur une digue d'Anglet mercredi matin,est en train de se disloquer dans l'eau. Les conditions météo empêchent d'y accéder/ Quant aux 20 tonnes de carburant à bord, elles se sont vraisemblablement dispersées.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Guillaume Horcajuelo Maxppp)

Les 12 membres d'équipage du Luno ont pu être secourus et le risque de marée noire semble vraisemblablement définitivement écarté, le cargo espagnol ne transportant pas de cargaison au moment de l'accident mercredi matin sur une digue d'Anglet, au Pays Basque.

►►► A LIRE AUSSI |  Petra : un cargo échoué à Anglet, le plan Polmar déclenché

Pour autant, les opérations pour tenter de récupérer l'épave du navire restent quasiment impossibles en raison d'une mer déchaînée. "Il y a des paquets de mer impressionnants. Je pense que la tempête est encore plus forte qu'hier. Impossible de dégager le bateau ", témoignait ce matin le maire de la station balnéaire sur France Info. "On ne sait pas ce que va devenir l'épave. Ce que je souhaite c'est qu'elle se casse définitivement et atterrisse sur les plages ", a poursuivi Jean Espilondo.

Une hypothèse qui pourrait effectivement se confirmer. Battue par des vagues énormes, la coque du cargo 3.446 tonnes pour 100 mètres de long et 14,8 m de large, s'est d'abord brisée en deux au moment de l'impact, avant de commencer à se disloquer. Le "château", où se situe les cabines, s'est dissocié de la proue pendant la nuit et se trouvait jeudi matin dans l'eau, à quelque 40 mètres de la plage, tandis que le reste de la partie arrière, qui contient l'un des réservoirs, aurait sombré. Quant à la poupe, c'est-à-dire l'arrière du bateau, elle s'est échouée sur le sable.

Une équipe d'experts était sur place jeudi matin pour faire le point sur les opérations d'évacuation et de la carcasse du navire et de pompage, tandis que l'équipage et l'armateur devaient être entendus par la gendarmerie pour définir les circonstances exactes de ce spectaculaire accident.

Le Luno transportait dans ses réservoirs 20 tonnes de carburant, qui se sont "vraisemblablement" dispersées dans la mer, selon le sous-préfet de Bayonne Patrick Dalennes, à cause de la houle. Dispersion "puis dilution" , qui ne devrait pas entraîner de pollution directe des plages. Mercredi soir, le ministre chargé des Transports et de la Mer, Frédéric Cuvillier, estimait déjà que "les risques de pollution massive " pouvaient être "a priori écartés ", notamment parce que le carburant du navire, du gasoil, se dilue facilement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.