Cet article date de plus de quatre ans.

Largage de kérosène au-dessus de Fontainebleau : le maire "pensait que le dégazage était interdit"

"Je pensais que ces pratiques avaient cessé et que le dégazage au-dessus de la forêt était interdit" a réagi Frédéric Valletoux, le maire de Fontainebleau après qu'un avion d'Air France a largué du kérosène au-dessus de la forêt, dimanche 25 septembre.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (JEAN-LUC FL?MAL / MAXPPP)

"Il y avait eu des polémiques il y a des années à ce sujet. Suite à ces polémiques, je pensais que ces pratiques avaient cessé et que le dégazage au-dessus de la forêt était interdit" a réagi, Frédéric Valletoux, le maire de Fontainebleau lundi 26 septembre. La veille, en fin de matinée, un avion d'Air France qui a connu un problème technique a largué du kérosène au-dessus de la forêt de Fontainebleau.

S'il comprend le caractère urgent de la situation, le maire de Fontainebleau est scandalisé que cette procédure soit encore autorisée sur ce site en particulier.

"Le problème est double", explique Frédéric Valletoux, "la forêt c'est l'un des sites les plus fréquentés en Ile-de-France, avec dix millions de visiteurs par an. Le dimanche particulièrement, c'est un pic de fréquentation et c'est aujourd'hui l'espace naturel le plus protégé de France."

Fontainebleau : forêt protégée ou zone de dégazage ?

"Il faut que l'administration de l'aviation civile nous dise clairement les choses et que l'État nous dise si c'est un site qui a réellement une valeur écologique, on doit tout faire pour le préserver. Ou est-ce que c'est un site qui doit aussi servir de zone de délestage de kérosène de temps en temps, lorsqu'il y a urgence ? On ne peut pas dire oui à ces deux questions en même temps, ce n'est pas possible", a ajouté Frédéric Valletoux.

Le Boeing, qui avait décollé de l'aéroport d'Orly pour la Guyane, a connu un problème technique qui l'a conduit à vidanger une partie de son carburant avant de se poser à Roissy dimanche 25 septembre.

Ce type de procédure, laissée à l'appréciation de l'équipage, est exceptionnel mais il nécessite une autorisation du contrôle aérien, selon la compagnie Air France. Le but est d'alléger l'appareil avant qu'il ne se pose.

Frédéric Valletoux, maire de Fontainebleau : "Il faut que l'administration de l'aviation civile nous dise clairement les choses"
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.