Cet article date de plus de neuf ans.

La SNCF augmente ses prix pour investir davantage

TGV, Intercités et TER : les prix des billets de train vont augmenter de 2,3 % le 24 janvier prochain. Une hausse de prix quasi double de l'inflation, que la SNCF justifie par un "programme d'investissements sans précédents" de 2,6 milliards d'euros.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

La hausse des prix est certes moins
importante qu'au 1er janvier 2012 (3,2 %) mais elle atteint
cette année quasiment deux fois le taux de l'inflation. Elle concernera, à
partir du 24 janvier, quasiment tous les billets : TGV, Intercités et TER. Seuls
certains forfaits bénéficient de régimes de faveur : pour le forfait Intercités,
la hausse est "limitée" à 2 %, tandis que les forfaits TGV sont
gelés.

La SNCF prévoit également d'accroître de 20 % l'offre de billets Prem's
(TGV) et 100 % Eco (Intercités), d'élargir son offre iDTGV, parallèlement
au lancement des TGV Eco.

Raison invoquée pour cette envolée
des tarifs : "un programme d'investissements sans précédent" de
2,6 milliards d'euros. Dont 500 millions dès cette année *"pour
améliorer et développer les services pour les voyageurs."

  • L'entreprise investit également dans le matériel : 15 rames de TGV neuves
    seront livrées cette année, et 30 autres rénovées, ce qui représente au total
    10 % du parc TGV. Quinze rames Intercités seront également rénovées.

    La SNCF va également investir plus de 300 millions d'euros dans la rénovation
    d'une dizaine de gares : Toulon, Lille-Europe, Orléans, Tours, Montpellier,
    Avignon, Amiens, Besançon-Viotte, Dijon et les gares parisiennes
    d'Austerlitz et de Lyon.

    Enfin, le billet sur téléphone mobile devrait voir le jour prochainement pour
    plus d'un millier de destinations en France et en Europe.

L'association de voyageurs Avuc a
fait ses comptes : elle estime que le billet de train a augmenté de 14 %
en moyenne sur cinq ans. Elle fustige l'annonce "en douce" de
cette augmentation et estime que "les voyageurs, méprisés et malmenés
devraient être au contraire indemnisés en raison du service calamiteux qui leur
est proposé."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.