Grève des contrôleurs aériens : des milliers de vols annulés ce jeudi en France

Face à ce mouvement social, l'aviation civile française a notamment demandé aux compagnies de supprimer 75% des vols au départ ou à l'arrivée de Paris-Orly et 55% à Roissy-Charles-de-Gaulle.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des passagers à l'aéroport d'Orly, dans le Val-de-Marne, le 25 avril 2024. (THOMAS SAMSON / AFP)

Le trafic aérien fonctionne au ralenti, jeudi 25 avril, partout en France en raison des suppressions de vols demandées aux compagnies aériennes pour faire face à une grève des contrôleurs aériens. Quelque 2 300 vols au départ ou à l'arrivée d'un aéroport français sont prévus pour la journée, contre près de 5 200 la veille, selon le tableau de bord de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) consulté par l'AFP. Les annulations concernent en priorité les vols courts et les moyen-courriers.

Pour mettre en adéquation les effectifs disponibles et le trafic, l'aviation civile française avait demandé aux compagnies de supprimer 75% des vols au départ ou à l'arrivée de Paris-Orly, 55% à Roissy-Charles-de-Gaulle, 65% à Marseille-Provence et 45% sur toutes les autres plateformes de l'Hexagone.

Levée du préavis du syndicat majoritaire

Pour les vols maintenus, les retards restent en revanche modérés, selon la DGAC. L'aéroport d'Orly est le plus touché, avec un retard moyen de 44 minutes à l'arrivée et de 26 minutes au départ. L'annonce mercredi matin d'un accord de fin de crise par le principal syndicat, le SNCTA, avait laissé espérer un allègement des contraintes pesant sur les compagnies aériennes.

Cet accord est toutefois intervenu trop tard pour éviter les perturbations, d'autant que les trois autres syndicats d'aiguilleurs du ciel, l'Unsa-ICNA, l'Usac-CGT et le Spac-CFDT ont maintenu leur préavis. Les syndicats protestent contre une refonte du contrôle aérien français et demande des mesures de compensation.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.