Cet article date de plus de neuf ans.

Grève à la SNCF : est-ce une bonne excuse pour être en retard ?

Le mouvement de grève des cheminots, qui commence mardi 10 juin à 19 heures, est reconductible. Si on est salarié ou si l'on passe des examens, peut-on être excusé de ne pas arriver à l'heure ?

Article rédigé par Carole Bélingard
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des élèves au lycée Colbert, à Paris, lors de l'épreuve de philosophie, en juin 2013. (  MAXPPP)

"D'importantes perturbations" sont à prévoir, a prévenu la SNCF. Un mouvement de grève est prévu à partir de mardi 10 juin 19 heures et toute la journée de mercredi. Mais la situation pourrait perdurer puisque le préavis, à l'appel de quatre syndicats, est reconductible. Si on est salarié ou si l'on passe des examens, peut-on être excusé d'éventuels retards à cause de la grève ? Francetv info fait le point.

Une tolérance pour les étudiants et les lycéens

Les lycéens en filière pro passent actuellement, et jusqu'au vendredi 13 juin, les épreuves professionnelles écrites et les épreuves pratiques. Et des étudiants de BTS, notamment, ont également des épreuves prévues cette semaine. Contacté par francetv info, le ministère de l'Education nationale assure qu'en cas de retard en raison d'un évènement indépendant de la volonté du candidat, une tolérance d'une heure est appliquée par le chef de centre d'examens.

Mais si ce retard excède une heure pour une cause externe, comme une grève, le candidat pourra repasser les épreuves en septembre, poursuit le ministère. A condition, bien sûr, d'avoir demandé au préalable à la SNCF un justificatif. Ce qui n'est pas toujours évident un jour de grève...

Des salariés tenus d'anticiper les perturbations

En ce qui concerne les salariés, la tolérance est moindre : ils sont tenus d'anticiper les perturbations, rapporte L'Express. L'hebdomadaire cite l'exemple d'une entreprise de la région lyonnaise qui a licencié, en 2010, une jeune femme en période d'essai en raison de nombreux retards liés à des perturbations de sa ligne SNCF. La jeune femme a décidé de poursuivre la SNCF pour "défaillance contractuelle" et "non-respect de l'obligation de ponctualité" devant le tribunal de grande instance de Paris. 

Interrogé pour le site TerrafeminaEric Rocheblave, avocat spécialiste en droit du travail, affirme qu'en cas de retards liés à une grève, "l'employeur est le seul décisionnaire", mais qu'il est possible de trouver un accord. Ainsi, le salarié peut s'organiser pour poser une RTT afin de ne pas perdre une journée de son salaire, ou éventuellement demander à faire du télétravail "si l'employeur a validé ce mode de travail". 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.