L'Inspection du travail saisie après le suicide d'une salariée d'Air France

Une employée de la compagnie à Nice a mis fin à ses jours, en mars, en laissant "des notes dans lesquelles elle parle de ce qu'elle a subi au travail", selon sa famille.

(VALERY HACHE / AFP)

Elle avait laissé "des notes". Une enquête de l'Inspection du travail a été ouverte, après le suicide en mars d'une salariée d'Air France employée à l'escale de Nice depuis près d'une trentaine d'années, annonce l'AFP, vendredi 13 avril, citant la famille de cette quinquagénaire.

Selon ses proches, elle s'est suicidée dans la nuit du dimanche au lundi 19 mars, chez elle, avec des médicaments, trois ans et demi après une première tentative de suicide. La salariée d'Air France, 53 ans, a laissé "des notes dans lesquelles elle parle de ce qu'elle a subi au travail", selon sa famille.

Dans un message de condoléances adressé à sa famille, à ses proches et ses collègues, et transmis à l'AFP, la compagnie aérienne a indiqué qu'elle avait "immédiatement mis en place un dispositif d'accompagnement psychologique afin de soutenir les équipes de l'escale de Nice". "La compagnie apportera son plein concours au déroulement de l'enquête menée par les autorités", a ajouté Air France.