Grève à Air France : le patron d'Air France va directement consulter les salariés et met son poste en jeu

En cas de refus de la proposition d'une augmentation de salaires de 7% sur quatre ans, Jean-Marc Janaillas "ne [voit] pas comment [il pourrait] rester à la tête de l'entreprise".

Un avion de la compagnie Air France sur le tarmac de l\'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, le 30 novembre 2017.
Un avion de la compagnie Air France sur le tarmac de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, le 30 novembre 2017. (MAXPPP)

Le président d'Air France, Jean-Marc Janaillac, a annoncé lors d'une conférence de presse vendredi 20 avril qu'il allait consulter les salariés de la compagnie sur ses propositions salariales, rejetées par les syndicats, pour sortir d'un conflit qui s'enlise après neuf jours de grève. Les salariés auront une dizaine de jours pour se prononcer par vote électronique sur une hausse de 7% sur les quatre ans à venir. Cette consultation, qui n'a pas de valeur légale, se déroulera par vote électronique du 26 avril à début mai.

Si sa proposition venait à être refusée, Jean-Marc Janaillac a annoncé qu'il démissionnerait. "Je ne vois pas comment je pourrais rester à la tête de l'entreprise" en cas de rejet de l'accord par référendum. Les négociations avec les seuls pilotes se poursuivront parallèlement.