Air France : les salariés attendent une reconnaissance

Le dialogue semble rompu à Air France, au lendemain de la démission du PDG Jean-Marc Janaillac. Un nouveau mouvement de grève est prévu les 7 et 8 mai prochains.

France 3

Le lendemain est difficile pour Air France. Près de 24 heures après la démission de leur PDG, les salariés de la compagnie aérienne sont encore sonnés, mais se serrent les coudes. À l'heure de la pause, certains ont accepté de prendre la parole. "Il faut reconnaître les efforts que l'on produit", estime un salarié.

Compenser des années d'efforts des salariés

Pendant cinq ans, ces efforts de productivité ont permis à la compagnie d'entamer son redressement. En compensation, la direction avait proposé 2% d'augmentation des salaires en 2018 puis 5% entre 2019 et 2021. Toutes les négociations sont aujourd'hui gelées, 13 jours de grève se sont enchaînés depuis février pour un coût estimé à 300 millions d'euros. Deux autres jours de grève sont prévus les 7 et 8 mai prochains. La priorité du successeur de Jean-Marc Janaillac sera de rétablir le dialogue social. Pour l'heure, Air France n'en a pas fini avec les turbulences. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Conférence de presse de Jean-Marc Janaillac, aux Invalides, le 4 mai 2018. Patron d\'Air France-KLM depuis moins de deux ans, il a démissionné vendredi, les salariés ayant rejeté la proposition salariale avancée pour tenter de sortir du conflit social.
Conférence de presse de Jean-Marc Janaillac, aux Invalides, le 4 mai 2018. Patron d'Air France-KLM depuis moins de deux ans, il a démissionné vendredi, les salariés ayant rejeté la proposition salariale avancée pour tenter de sortir du conflit social. (PHILIPPE DE POULPIQUET / MAXPPP)