Air France : le conflit coûte 300 millions d'euros à la compagnie aérienne

La compagnie entre dans son 13e jour de grève vendredi.

Des avions Air France à l\'aéroport Charles de Gaulle à Roissy, le 24 avril 2018.
Des avions Air France à l'aéroport Charles de Gaulle à Roissy, le 24 avril 2018. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Le coût du conflit chez Air France s'élève à près de 300 millions d'euros, selon la direction qui a confirmé vendredi les estimations données par franceinfo. La compagnie aérienne entame vendredi 4 mai son 13e jour de grève. Depuis deux mois, direction et syndicats s'affrontent sur la question des salaires. Cette perte estimée de 300 millions est plus élevée que les hausses de rémunérations réclamées au départ par l'intersyndicale d'Air France qui s'élevaient à 240 millions d'euros. "Un montant pas réaliste", avait répondu le PDG de la compagnie Jean-Marc Janaillac, au début du conflit.

Grève indolore pour les clients

La direction fait tout pour que cette grève soit indolore pour ses clients et c'est cela qui engendre cette perte. D'abord, la compagnie tente de satisfaire les voyageurs concernés par la grève. Elle propose des nuits d'hôtels et autres dédommagements sont pris en charge par la compagnie pour les passagers dont les vols sont annulés. 

Ensuite, la direction s'organise pour que les avions décollent le plus possible. Elle prévoit 75% des vols vendredi. "Il y a une mise en place de l'affrètement d'avions par des compagnies à bas coûts, mais aussi pour les affrètement d'équipages", explique Jérôme Beaurain, mécanicien à Roissy et élu du syndicat Sud aérien. 

Concernant la maintenance, il y a l'utilisation de sociétés sous-traitantes ou l'externalisation de chantiers de maintenance. Voilà l'ensemble des procédés déployés par notre direction.Jérôme Beaurain, mécanicien à Roissy et élu du syndicat Sud aérienà franceinfo

Les clients historiques commencent malgré tout à s'agacer. C'est le cas de Voyageurs du monde. Air France est le premier fournisseur aérien du voyagiste tricolore.

"Moins de réservations chez Air France"

"On réagit au coup par coup de façon à avoir le moins de conséquences pour nos clients, raconte le PDG de Voyageurs du monde, Jean-François Rial. C'est extrêmement compliqué pour nous, c'est très pénible, ça nous mange un temps incroyable, ça génère du stress inutile. Je suis obligé de faire travailler des gens le soir, c'est une pagaille noire", précise-t-il.

Pour cet été, le patron explique "n'avoir rien annulé du tout", mais avoir "pris moins de réservations avec Air France".

Il est vrai que sur les nouvelles réservations, il y a une part du business qui allait chez Air France et qui n'y va pas.Jean-François Rial, PDG de Voyageurs du mondeà franceinfo

Jean-Marc Janaillac a lancé une consultation de tous les salariés d'Air France sur l'accord salarial rejeté par l'intersyndicale et mis son poste en jeu. S'il n'obtient pas un "oui" de la part des 44 000 salariés, il démissionnera. La consultation prend fin ce vendredi soir à 18 heures.