Mobilisation des policiers : les files d'attente s'allongent dans les aéroports

Le mouvement des "gyros bleus", lancé par des syndicats de policiers en appelant au service minimum, a des conséquences dans les aéroports.

FRANCE 3

La journaliste Sophie Neumayer, en duplex à l'aéroport d'Orly (Val-de-Marne), fait le point sur les conséquences de la mobilisation des policiers. "Ici, pas de service minimum, au contraire. Les fonctionnaires de la police aux frontières appliquent un contrôle scrupuleux des passeports. C'est à dire qu'ici à Orly et à Roissy (Val-d'Oise) également, au lieu des 10 à 15 secondes de vérification habituelle afin que l'entrée et la sortie des avions restent fluides, et bien aujourd'hui les policiers inspectent avec attention toutes les informations des passagers. Résultat : les files d'attente s'allongent", rapporte Sophie Neumayer.

"Mettre la pression sur le ministère de l'Intérieur"

"Aucun retard lié à cette action n'est enregistré. L'idée est avant tout de mettre la pression sur le ministère de l'Intérieur, avant une nouvelle rencontre en fin d'après-midi [mercredi 19 décembre]. Si rien n'en ressort, les syndicats prévoient déjà un acte II des 'gyros bleus'", conclut-elle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un policier lors d\'une manifestation des \"policiers en colère\" à Marseille, le 9 janvier 2018.
Un policier lors d'une manifestation des "policiers en colère" à Marseille, le 9 janvier 2018. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)