Grand débat national : "Allons débattre, allons nous faire entendre" clament des "gilets jaunes" dans l'Eure

Le grand débat national, prévu à partir de mardi, se veut une réponse de l'exécutif à la crise des "gilets jaunes". 

Des cahiers de doléances ont été mis à disposition dans les mairies, ou accessibles lors de manifestations de \"gilets jaunes\", comme ici à Bourges, le 12 janvier 2019.
Des cahiers de doléances ont été mis à disposition dans les mairies, ou accessibles lors de manifestations de "gilets jaunes", comme ici à Bourges, le 12 janvier 2019. (ALAIN JOCARD / AFP)

Pour lancer le grand débat national, Emmanuel Macron sera dans l'Eure (Normandie) mardi 15 janvier. Cette première étape marquera le début de son tour des treize régions à la rencontre des maires de France, dont certains ont mis des cahiers de doléances à destination de leurs habitants.  

>>Impôts, environnement, citoyenneté, immigration... Ce qu'il faut retenir de la lettre d'Emmanuel Macron aux Français

L'exécutif entend être à l'écoute des Français avec cette consultation inédite dont les contours ont été précisés dimanche dans une lettre du président de la République aux Français. 

Tout citoyen peut organiser une réunion

Christine, une habitante d'Evreux (Eure), membre des "gilets jaunes" serait toujours sur son rond-point si elle n'avait pas eu peur de l'amende. "Je veux voir ce qu'il se dit. Allons débattre, allons nous faire entendre, avec ou sans gilets jaunes", affirme cette assistante à domicile, qui gagne 800 euros par mois. Elle compte bien participer aux réunions, s'il y en a près de chez elle. 

Florian fait aussi partie des historiques du mouvement dans le département. Il découvre avec intérêt que tout citoyen peut organiser une réunion. "On ne peut du tout exclure le fait de participer à une réunion, on ne peut exclure le fait de commencer à discuter. On n'est pas fermé du tout. Mais il va falloir qu'il [Emmanuel Macron] change de cap".   

Il faut qu'on prenne cette opportunité pour renouer avec les citoyens des territoires et leurs élus.Guillaume Rouger, référent LREM dans l'Eureà franceinfo

Guillaume Rouger, référent de La République en marche dans l'Eure, se prépare lui aussi. "Il y a une nouvelle étape qui s'ouvre. Ce débat est une opportunité pour prioriser nos réformes et compléter avec ce que nous diront les Français et puis accélérer, parce que notre objectif, c'est de transformer le quotidien des Français."