"Gilets jaunes" : "Nous sommes un pays qui se cabre", juge Emmanuel Macron

Le chef de l'Etat s'est exprimé, mardi, devant la communauté française de Bruxelles. Il a exclu tout changement de cap mais a souligné la nécessité de mieux expliquer la transition énergétique.

Emmanuel Macron s\'exprime devant la communauté française, à Bruxelles (Belgique), le 20 novembre 2018.
Emmanuel Macron s'exprime devant la communauté française, à Bruxelles (Belgique), le 20 novembre 2018. (EMMANUEL DUNAND / AFP)

Emmanuel Macron avait déclaré qu'il s'exprimerait "en temps voulu" sur le mouvement des "gilets jaunes". Sans le mentionner directement, il l'a évoqué, mardi 20 novembre, en s'exprimant devant la communauté française de Bruxelles (Belgique). "Nous sommes un pays qui se cabre car nous n'aimons pas le changement imposé, mais qui sait mener des transformations profondes quand le sens de l'histoire est là et que le projet est plus grand que lui", a-t-il déclaré au Palais des Beaux-Arts de la ville.

"Les transitions sont dures"

"C'est une réalité que de dire que nous ne sommes pas un pays qui s'ajuste au fil de l'eau avec des réformes savamment pesées et la capacité d'un consensus permanent, a également dit le chef de l'Etat. Soyons lucides sur nous-mêmes. Nous ne sommes pas un régime parlementaire qui évolue par petites touches."

Face à la colère d'une partie de la population française, il a assuré ne pas oublier "les plus fragiles""Les transitions sont dures, parce qu'elles supposent de changer les habitudes, a estimé Emmanuel Macron. En aucun cas la transition écologique ne saurait se faire au détriment de la transition sociale, et ne saurait se faire au détriment des plus fragiles."