"Gilets jaunes" : des locaux de gendarmerie et une barrière de péage détruits à Narbonne

Des installations et des bâtiments au péage de Narbonne, dans l'Aude, ont été la cible de "casseurs" samedi soir. 

Les dégâts au péage de Narbonne (Aude) après des violences commises en marge de la mobilisation de \"gilets jaunes\" le samedi 1er décembre2018.
Les dégâts au péage de Narbonne (Aude) après des violences commises en marge de la mobilisation de "gilets jaunes" le samedi 1er décembre2018. (CHRISTOPHE BARREAU / MAXPPP)

Des locaux du peloton de gendarmerie, situés au péage de Narbonne (Aude) sur l'autoroute A9, ont été entièrement détruits samedi 1er décembre, par une centaine de "casseurs", sans qu'il y ait de blessé, a appris franceinfo de source judiciaire.

>>DIRECT. "Gilets jaunes" : Emmanuel Macron convoque en urgence une réunion à l'Elysée

En marge de la troisième mobilisation nationale des "gilets jaunes", des violences ont aussi été commises à Paris. 

Deux personnes interpellées

Vers 21h15, 100 à 150 "casseurs" ont incendié la barrière de péage de Narbonne avant l'intervention des gendarmes. Les forces de l'ordre ont alors été victimes de lancers de projectiles. Les "casseurs" s'en sont ensuite pris aux locaux du peloton de gendarmerie. Sur des images visibles sur le réseau social Snapchat, on voit des manifestants se réjouir de l'incendie du péage de Narbonne. 

Une situation et des dégradations qu'a déplorées le PDG de Vinci Autoroutes, Pierre Coppey, sur Twitter, ce dimanche.

Tout le matériel sensible a eu le temps d'être évacué. Des véhicules sur un parking de covoiturage et des véhicules de gendarmerie ont aussi été brûlés. Vinci Autouroutes va porter plainte après ces dégradations.