"Gilets jaunes" : demain "les prix du pétrole vont être pires", selon Barbara Pompili

La députée LREM a estimé vendredi sur franceinfo que la taxe carbone, à l'origine du mouvement des "gilets jaunes", fait partie "des décisions courageuses".

Barbara Pompili, députée LREM de la Somme et présidente de la commission du développement durable à l'Assemblée nationale est revenue vendredi 23 novembre sur l'intervention télévisée de Nicolas Hulot, de la veille sur France 2. L'ancien ministre de la Transition écologique a affirmé que la crise des "gilets jaunes" était "évitable". La députée a affirmé que la taxe carbone, à l'origine du mouvement, faisait partie "des décisions courageuses" qu'il fallait prendre, car demain "les prix du pétrole vont être pires". Mais selon elle, il faudrait prendre "des mesures un peu plus rapides pour simplement soulager les Français".

franceinfo : La crise des "gilets jaunes" était "évitable" a affirmé Nicolas Hulot sur France 2. Êtes-vous d'accord avec cette analyse ?

Barbara Pompili : Oui. Ce qui est très dommage dans cette séquence-là c'est que les écologistes travaillent sur ces questions depuis très longtemps. Donc depuis très longtemps, on a identifié que si on voulait répondre aux enjeux qui sont immenses, il faut prendre des décisions courageuses et la taxe carbone, il faut la prendre. Il faut arrêter de faire croire aux gens que la situation va rester comme elle est. Ça va être pire. Les prix du pétrole vont être pires. Il faut qu'on s'en sorte. Donc, on a besoin d'avoir une taxation adaptée.

Pensez-vous que Nicolas Hulot n'a pas été entendu par Emmanuel Macron ?

Je pense qu'il y a des choses qui se font et qui ne se voient pas. C'est à dire que le travail est fait pour désenclaver les territoires, pour que les personnes qui vivent en campagne puissent avoir des moyens de se déplacer. En fait, on travaille dessus depuis un an et demi puisqu'on a fait les assises de la mobilité. Il y a une loi en cours avec plein de mesures pour ces personnes-là, pour leur redonner les moyens de se déplacer, (...) pour remettre de l'argent dans les infrastructures, dans les trains, dans le fret ferroviaire, etc. Et ça, c'est en train d'arriver, mais ce n'est pas encore arrivé. Du coup, il y a un petit décalage aussi entre ce que le gouvernement veut mettre en place qui est très bien et qui va vraiment aider les gens dans leur quotidien, mais qui n'est pas encore arrivé. Et du coup, je comprends que les gens s'impatientent.

L'exécutif à t-il une vision écologique ?

Le président a une vision globale de la politique qu'il veut mettre en place. Et globalement, il y a des réponses aux questions que posent les gens. Il y a des jalons dans toutes ses politiques et notamment la future loi sur les mobilités, mais pas seulement, sur le pouvoir d'achat aussi. Il y a des mesures sur le pouvoir d'achat qui ont déjà commencé à être mises en place. On en parle beaucoup, la taxe d'habitation, les hausses des salaires par la baisse des charges, etc. Tout ça monte en puissance. Donc il est sur son chemin en montrant ce qu'il veut faire. Mais peut être que ça ne se voit pas assez et peut être aussi qu'il faut des mesures un peu plus rapides pour simplement soulager les Français maintenant, quand ils en ont besoin.

Le mouvement des "gilets jaunes" reste très populaire dans l'opinion. 77% des Français interrogés par notre sondage Odoxa le jugent justifié. Il faut poursuivre ou il faut stopper la hausse des taxes sur le carburant ?

Ça va continuer à coûter de plus en plus cher pour les gens. Donc soit on fait semblant en faisant une taxe flottante, soit on les aide concrètement à changer. On leur donne les moyens. Il va y avoir une augmentation des taxes sur le carburant, mais il va aussi avoir une augmentation du chèque énergie en même temps. Ça veut dire que les gens qui ont des problèmes pour se chauffer vont avoir une solution. Là on va mettre en place des solutions pour que les gens puissent se déplacer quand ils font des kilomètres entre leur maison et leur travail. Ça aussi, c'est en même temps. Donc vous ne pouvez pas dire d'un côté on ne change rien. On ne change pas rien. Heureusement !

franceinfo a révèlé que le gouvernement a décidé de reporter la création d'une vignette poids lourds . Est-ce que vous déplorez ce report ?

Il faut trouver 500 millions d'euros. Est-ce que ce sont des taxes sur le budget de l'État et donc sur les Français ou est-ce qu'on fait le principe du pollueur-payeur. C'est une vraie question. On peut se dire qu'on laisse couler un petit peu puisqu'on a jusqu'à 2020. On peut se donner encore un peu le temps, de la réflexion. Simplement les 500 millions d'euros vont servir à développer le fret ferroviaire et vont servir à payer les infrastructures du quotidien, c'est-à-dire rénover les routes faire des petites lignes ferroviaires, payer des transports en commun. C'est à ça que ça va servir ces 500 millions.

Barbara Pompili, députée LREM de la Somme, dans le studio de franceinfo, le 23 novembre 2018.
Barbara Pompili, députée LREM de la Somme, dans le studio de franceinfo, le 23 novembre 2018. (FRANCEINFO)