"Gilets jaunes" : 2 000 personnes condamnées par la justice depuis le début du mouvement, selon Nicole Belloubet

Au total, 40% des jugements de condamnation déjà rendus sont des peines d'emprisonnement ferme. 

Nicole Belloubet à la sortie du Conseil des ministres à l\'Elysée, le 20 mars 2019. 
Nicole Belloubet à la sortie du Conseil des ministres à l'Elysée, le 20 mars 2019.  (LUDOVIC MARIN / AFP)

Ils sont 2 000 à avoir été condamnés parmi les plus de 8 700 placés en garde à vue depuis le début du mouvement de contestation sociale des "gilets jaunes", a déclaré dimanche 24 mars la ministre de la Justice. "Sur les 2 000 jugements [de condamnation] qui sont déjà intervenus, le chiffre qu'il convient de retenir, c'est que 40% sont des peines d'emprisonnement ferme et 60% sont d'autres types de sanction, par exemple des travaux d'intérêt général, des sursis, etc.", a annoncé Nicole Belloubet sur BFMTV. "Près de 1 800" personnes interpellées lors des manifestations qui se tiennent tous les samedis depuis plus de quatre mois en France, doivent encore être jugées, a-t-elle précisé.

Depuis le début du mouvement, la garde des Sceaux a annoncé qu'il y avait eu "390 mandats de dépôt prononcés, c'est-à-dire de gens qui sont allés en prison ou qui y sont", soit dans le cadre d'une condamnation, soit dans le cadre d'une détention provisoire en attendant leur procès. Les quantums de peine prononcés sont très variés et s'étalent entre un mois et trois ans de prison, parfois avec une partie assortie d'une mise à l'épreuve, selon les données de la Chancellerie.