Cet article date de plus de huit ans.

Coup de rabot sur le bonus auto à partir du 1er novembre

Matignon aurait tranché : le bonus écologique versé pour les acheteurs d'un véhicule à faible consommation de carburant va disparaître en novembre pour certaines voitures et sera largement réduit pour les moins polluantes. Quant au malus, il sera bien durci à partir du 1er janvier.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

"L'essentiel, c'est de préserver les bonus mais dans
des contraintes budgétaires
", assure une source gouvernementale. Mais de
fait, le bonus écologique devrait être largement réduit à partir du 1er novembre
prochain. "Les arbitrages ont été rendus à Matignon ", poursuit la
source citée par l'AFP.

 Concrètement, les acheteurs de voitures qui émettent entre
60 et 90 grammes
de CO2 par kilomètre toucheront un bonus. C'est le cas pour la Twingo diesel ou
la Peugeot 208 par exemple. Mais si l'enveloppe était de 550 euros jusqu'à
présent, elle devrait tomber à 150 euros le 1er novembre.

Autres réductions :
le bonus pour les voitures électriques passerait de 7.000 à 6.300 euros et les
hybrides de 4.000 à 3.300 euros. En revanche, pour les voitures émettant entre 90
et 105 grammes
de CO2 par kilomètre, il n'y aura plus de bonus.

 Moins de bonus... et plus de malus

Une adaptation qui correspond à une évolution du marché. De
plus en plus de voitures ne sont plus considérées comme des bons élèves de
l'écologie. Il s'agit aussi de rendre un équilibre "d'ici 2014" au système
en déficit constant, avec 1,45 milliard d'euros de pertes depuis 2008.

Pour y arriver, le gouvernement confirme le durcissement du
malus. A partir du 1er janvier, il passera à 150 euros pour les voitures qui
émettent entre 130 et 135 grammes
de CO2/km et jusqu'à 8.000 euros au-delà des 200 grammes de CO2. Jusqu'à
présent, le malus s'étalait de 100 euros pour 135 grammes à un plafond de 6.000
euros.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.