Cet article date de plus de trois ans.

Contrôles fictifs du stationnement à Paris : une enquête ouverte pour faux et escroquerie

La société Steeteo affirme avoir mis un terme aux contrôles de stationnement fictifs à Paris pour remplir les quotas fixés par la mairie.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des places de stationnement libres à Paris, le 20 mars 2018. (MAXPPP)

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour faux et escroquerie dans l'affaire des contrôles de stationnement fictifs à Paris, a appris mercredi 21 mars franceinfo de source judiciaire, confirmant une information du Parisien. L'enquête a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance astucieuse (BRDA).

Des agents de la société Streeteo, prestataire de la mairie de Paris, sont soupçonnés d'avoir effectué des milliers de contrôles de stationnement fictifs sans se déplacer, pour remplir leurs quotas fixés par la Ville. Ils "réalisaient des contrôles fictifs depuis leur bureau, en désactivant la géolocalisation de leur matériel et en utilisant des listes type de plaques minéralogiques", selon un communiqué de la mairie de Paris.

La mairie s'était à l'époque inquiétée "d'un taux anormalement élevé de véhicules exemptés du paiement du stationnement". Après avoir été avertie de ces pratiques, la société Streeteo affirme y avoir mis un terme depuis le 22 février et avoir engagé des procédures disciplinaires envers les salariés fautifs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.