Travail illégal : des ouvriers s'enfuient du chantier naval de Saint-Nazaire

Il y a une semaine, 250 ouvriers des chantiers navals de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) quittent soudainement leur poste et disparaissaient dans la nature. C'est la peur du gendarme qui les aurait fait fuir. 

Voir la vidéo
France 2

250 ouvriers évaporés en quelques minutes. Mercredi 14 novembre sur les chantiers de Saint-Nazaire, les employés du sous-traitant lituanien Litana disparaissent pendant 48 heures, à la surprise de leurs collègues. Mercredi 21 novembre, les travailleurs détachés de l'entreprise étaient de retour sur les chantiers. Leur départ temporaire serait lié à une enquête de la gendarmerie. Elle s'intéresserait notamment à des cotisations patronales ou des heures supplémentaires non payées. 

Une grève des ouvriers en 2009

Même avec un logiciel de traduction, il est difficile d'établir le dialogue, car la plupart sont Ukrainiens ou Baltes. L'un de ces ouvriers nous avoue cependant avoir reçu des instructions. La direction des chantiers de l'Atlantique n'a pas souhaité réagir mais nie toute implication. Litana non plus n'a pas souhaité s'exprimer. Mais l'entreprise n'est pas une inconnue ici. En 2009, 11 de ses ouvriers avaient organisé une grève de deux mois pour réclamer des salaires impayés.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le port de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) le 13 février 2018.
Le port de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) le 13 février 2018. (FRED TANNEAU / AFP)