Cet article date de plus de sept ans.

Cargo échoué à Anglet : risques de pollution massive "écartés"

Frédéric Cuvillier s'est rendu ce mercredi à Anglet, au Pays Basque, où un cargo a échoué dans la matinée. Le ministre de la Mer estime qu'il n'y aura pas de pollution massive. L'armée va surveiller l'évolution de la situation avec un hélicoptère toute la nuit. La houle devrait se calmer ce jeudi.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Regis Duvignau Reuters)

Sept heures après le naufrage du cargo espagnol Petra
à Anglet
(Pyrénées-Atlantiques) le ministre de la Mer, Frédéric Cuvillier s'est rendu sur place ce mercredi. Il
a tenu un discours rassurant : la pollution est pour l'instant "limitée, extrêmement limitée. Nous avons été
inquiets lorsque nous avons eu connaissance de ce naufrage, mais les risques de
pollution massive sont a priori écartés
". Le Luno contient 127 mètres cubes de mazout, soit l'équivalent de quatre camions-citernes d'essence.

Une version confirmée sur
Twitter par le maire d'Anglet, Jean Espilondo, tout en attendant de vérifier
que "les réservoirs situés dans la partie avant échouée sur le sable n'ont
pas été altérés ni crevés
". La houle devrait se calmer ce jeudi. Une équipe de dépollution est arrivée dans l'après-midi de Brest. Les cinq membres d'équipages hélitreuillés, un a été légèrement blessé.

Selon Frédéric Cuvillier, le cargo Luno naviguait à
vide et ne contenait "pas de carburant lourd,
le seul carburant est du carburant de propulsion. En plus, il s'agit de gasoil
qui peut très vite disparaître, compte tenu en plus de l'état de la mer
".
Il reste dans les cuves ou réservoirs "de l'ordre de 80 tonnes de
gasoil
", a-t-il précisé, reconnaissant qu'on ne sait pas précisément
"quel est l'état de la structure de ce morceau de navire où se trouvent
les réservoirs
". Un hélicoptère de l'armée va survoler la zone du navire toute la nuit pour pouvoir surveiller la situation.

"Le navire venait de sortir de la
révision quinquennale" (le propriétaire du cargo)

Le Luno appartient à la société Murueta,
basée à Bilbao. Il précise que le navire venait de sortir d'une révision
obligatoire tous les cinq ans. "En théorie, le navire avait quitté Pasajes
dans les meilleures conditions
", explique le sous-directeur Juan-Jo
Lopez Inuriza. L'équipage a prévenu à 10h30 qu'elle avait "un
problème technique
". Il a donc été décidé de "rentrer dans le
port
". C'est à ce moment que la tempête a soufflé fort et que face au
vent et aux vagues, le navire ayant des problèmes techniques, il a échoué.

[Exclu i> TELE : le moment où le cargo espagnol se casse en deux - Le 05/02/2014 à 16h00](http://www.itele.fr/redirect?vid=1015359&sc_cmpid=SharePlayerEmbed)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.