Cet article date de plus de sept ans.

Budget 2014 : vers une augmentation de 3% des tarifs de la SNCF?

L'examen du budget 2014 se poursuit à l'Assemblée nationale. Un débat qui fait grincer des dents du côté de la SNCF car une hausse de la TVA dans les transports est prévue au 1er janvier prochain. Elle doit passer de 7 à 10 %. Les voyageurs risquent bien de payer l'addition.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France)

Cette hausse de la TVA, la SNCF ne pourra pas faire
autrement que de la répercuter sur le prix des billets prévient Guillaume Pépy,
le patron de la compagnie ferroviaire. "Si la TVA augmente de 3%, le prix
des billets augmente de 3%. Mais la SNCF elle n'ira pas au-delà. Mais je n'ai
pas à me prononcer sur ce qui est bien ou pas en matière de TVA".

"Leur imposer une augmentation, c'est très compliqué" (Keolis)

 Pas question donc pour le président de la SNCF de critiquer
publiquement le choix du gouvernement. Mais dans l'une des filiales de
l'entreprise publique, Keolis, on prend moins de gants. Cette filiale exploite de nombreux réseaux de bus et de tramway en
France. Eux aussi seront touchés par la hausse de la TVA.  Le patron de Keolis, Jean-Pierre Farandou parle
d'une décision incohérente : "On est sur un usage absolument nécessaire
dans la vie des gens. Leur imposer une augmentation, c'est très compliqué".

Le patron de Keolis lance un appel aux sénateurs qui examineront le
budget après les députés. Il leur demande de faire un geste pour le transport public.

"Un sujet qui peut être très délicat" (Jean-Paul Huchon)

Mobilisation également
des élus d'Ile-de-France. Dans une lettre adressée le 9 septembre à Jean-Marc
Ayrault, Jean-Paul Huchon, le président socialiste du Conseil régional affirme
que cette hausse de la TVA "nous conduirait à des hausses de tarifs
insupportables (...) un sujet qui peut être très délicat à gérer tant pour la
région que pour le gouvernement"
. D'autant qu'elle interviendrait à
quelques mois des municipales.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.