Thomson, en difficultés financières, a obtenu lundi l'ouverture d'une procédure de sauvegarde

Cette mesure du tribunal de commerce de Nanterre doit permettre au groupe français de technologie pour les médias de poursuivre son activité tout en gelant le paiement de ses dettes.La procédure de sauvegarde, dont la fin est attendue en février 2010, concerne la holding, les activités opérationnelles du groupe n'étant pas touchées.

Le PDG du groupe Thomson, Frédéric Rose, le 16 juin 2009, lors de l\'assemblée générale des actionnaires à Paris.
Le PDG du groupe Thomson, Frédéric Rose, le 16 juin 2009, lors de l'assemblée générale des actionnaires à Paris. (AFP/MEHDI FEDOUACH)

Cette mesure du tribunal de commerce de Nanterre doit permettre au groupe français de technologie pour les médias de poursuivre son activité tout en gelant le paiement de ses dettes.

La procédure de sauvegarde, dont la fin est attendue en février 2010, concerne la holding, les activités opérationnelles du groupe n'étant pas touchées.

Thomson soumettra le 5 décembre son plan de sauvegarde à ses créanciers, et les actionnaires seront conviés à une assemblée générale extraordinaire le 27 janvier.

Le titre a été suspendu lundi à la Bourse de Paris. Thomson, endetté à hauteur de 2,17 milliards d'euros au 30 septembre, avait été sauvé de la faillite cet été grâce à un accord avec ses créanciers et avait commencé à étudier un plan de restructuration de sa dette.

"C'était le seul moyen juridique qui existe qui nous permet d'identifier et d'obliger nos créditeurs à se présenter et à voter" pour ou contre le plan de restructuration de la dette, proposé en juillet, a expliqué lors d'une conférence téléphonique le PDG Frédéric Rose. "Nous avons essayé pendant quatre mois une méthode consensuelle et nous sommes arrivés à la conclusion que cette approche ne pouvait pas fonctionner", a-t-il précisé.