Rachat de SFR : Vivendi n'a pas encore tranché entre Numericable et Bouygues

Le groupe devait décider vendredi du nom de l'acheteur de SFR mais les négociations vont se poursuivre durant le week-end.

Deux enseignes Bouygues Telecom et SFR, côte à côte à Dunkerque (Nord), le 1er avril 2014.
Deux enseignes Bouygues Telecom et SFR, côte à côte à Dunkerque (Nord), le 1er avril 2014. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Le Conseil de surveillance de Vivendi s'est réuni vendredi 4 avril pour décider à qui il comptait vendre SFR. Mais il a annoncé dans la soirée qu'il suspendait ses travaux, pour mieux les poursuivre durant le week-end. "Les travaux du Conseil vont se poursuivre ce week-end" a simplement indiqué un porte-parole du groupe, sans indiquer si la surenchère opérée quelques heures plus tôt par Bouygues était la cause de ces prolongations.

En début d'après-midi, le groupe français a en effet augmenté son offre à 15 milliards d'euros en numéraire, proposant en plus d'accorder 10% du nouvel ensemble à Vivendi. L'objectif est de faire mieux que Numéricable, avec qui Vivendi est entré en négociations exclusives depuis trois semaines, sur la base d'une offre qui prévoit un paiement de 11,75 milliards d'euros, ainsi que l'attribution de 32% du capital de la nouvelle entité.

Bouygues évoquent des partenariats

Bouygues Telecom a détaillé dans un communiqué cette "offre fortement améliorée", "valable jusqu'au 25 avril 2014". L'entreprise a offert à Vivendi "d'augmenter la partie en numéraire de son offre de 1,85 milliard d'euros pour la porter de 13,15 milliards d'euros à 15 milliards d'euros", et de lui octroyer "une participation de 10% du capital du nouvel ensemble ayant une valeur de 1 milliard d'euros avant synergies, et de 2 milliards d'euros après synergies".

Bouygues indique qu'il a fédéré autour de son projet "des partenaires industriels et institutionnels qui investiront 2,85 milliards d'euros dans la nouvelle entité" notamment AXA, la Caisse des dépôts et consignations, GIMD (famille Dassault), JCDecaux Holding (famille Decaux), GIC (Fonds souverain de Singapour), Ontario Teachers' Pension Plan Board, la famille Pinault et Reuben Brothers Ltd.