Altice : la chute d'un géant des télécoms ?

Altice a perdu 60% de sa valeur en bourse depuis le moins de juin et 43% en quelques jours seulement. Le groupe affiche une dette de 50 milliards d'euros. Les explications de France 2.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Une descente aux enfers sur les marchés, la valeur de l'entreprise divisée par deux en six mois... C'est le scénario noir vécu par le groupe Altice, du milliardaire Patrick Drahi, entré en fanfare en bourse il y a quatre ans. Ces 15 derniers jours, l'action a dégringolé de 43%. Une sanction forte pour un empire bâti à la vitesse de l'éclair. Un géant des télécoms avec Numéricable, SFR, Virgin Mobile ; mais aussi des médias : L'Express, Libération et BFM. Mais il a suffi de quelques mois et de mauvais résultats pour que le groupe s'enfonce dans la crise.

Drahi fait son mea culpa

La dette d'Altice dépasse désormais 50 milliards d'euros, assumée déjà avec aplomb pourtant par le magnat des télécoms, l'an dernier. Un capitaine d'industrie, droit dans ses bottes, mais dont la stratégie, s'endetter toujours plus pour multiplier les acquisitions, est remise en cause. Le patron d'Altice a fait son mea culpa : plus de rachats d'entreprises et priorité au désendettement. Quelques mots qui ont suffi à faire rebondir, ce mercredi 15 novembre au soir, l'action en bourse.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'homme d\'affaires Patrick Drahi, le 21 mars 2017 à Paris.
L'homme d'affaires Patrick Drahi, le 21 mars 2017 à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP)