Syndicats : le 1er-Mai est une journée test

En duplex depuis la gare Montparnasse à Paris, la journaliste Sandrine Feydel fait le point avant le départ de la manifestation du 1er-Mai.

FRANCE 3

Mercredi 1er mai, les syndicats souhaitent une convergence des luttes, notamment à la gare Montparnasse à Paris, point de départ du cortège principal de ces manifestations. Le cortège doit partir à 14h30 et terminer à place d'Italie, dans le 13e arrondissement. Mais ils craignent que la fête soit gâchée. "Ils redoutent que leur message ne soit brouillé aujourd'hui, rapporte Sandrine Feydel, en direct de la gare Montparnasse à Paris. Ils craignent une moindre mobilisation de leurs sympathisants. Il faut dire que la région parisienne est toujours en congé, synonyme en général d'une moindre mobilisation, et c'est une tendance : de moins en moins de personnes manifestent le 1er-Mai ces dernières années".

Des craintes de violences

"Certains militants pourraient aussi choisir de rester chez eux par crainte que les violences de l'an dernier, le 1er-Mai, ne se reproduisent. Des craintes exacerbées par les derniers épisodes de violences qu'a connus la capitale ces dernières semaines", conclut la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, dans le cortège parisien, le 1er mai 2019.
Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, dans le cortège parisien, le 1er mai 2019. (ZAKARIA ABDELKAFI / AFP)