Invitation des syndicats à Matignon : "Je ne vois pas comment on ne peut pas y aller, mais en imposant nos thématiques et notre méthode", prévient la CFTC

La Première ministre a convié à Matignon les principales organisations syndicales les mardi 16 et mercredi 17 mai. La CFDT et la CGT ont d'ores et déjà accepté. Pour la CFTC, ce sera oui aussi mais sous conditions.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Cyril Chabanier, président de la CFTC, à l'issue d'une réunion à Matignon le 4 janvier 2023 (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

"Je ne vois pas comment on ne peut pas y aller, mais en imposant nos thématiques" et "notre méthode", a affirmé samedi 6 mai sur franceinfo Cyril Chabanier, président de la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) alors que la Première ministre Elisabeth Borne a invité les syndicats à des entretiens individuels à Matignon les 16 et 17 mai. La CFDT et la CFTC ont accepté l'invitation. La CGT a également dit oui samedi matin.

La CFTC se rendra à Matignon avec circonspection : "Si on voit que c'est juste une opération de communication pour faire de l'apaisement mais qu'il n'y a rien derrière", alors "les concertations ne dureront pas très longtemps", a-t-il prévenu. 

Cyril Chabanier souhaite évoquer "le pouvoir d'achat" et "le partage de la valeur" avec la Première ministre. Il demandera également que "les aides aux entreprises soient conditionnées à l'entame de négociations salariales dans les entreprises". Et il prévient, les syndicats seront "extrêmement exigeants".

"Ces trois mois et demi de conflit social [sur les retraites] nous ont extrêmement marqués, avec une attitude et une méthode qui nous a choqués. Ce n'est pas évident de retourner discuter."

Cyril Chabanier, CFTC

à franceinfo

Pour lui, "le combat sur les retraites n'est pas terminé". La CFTC soutient la proposition de loi du groupe Liot pour "que les 64 ans soient annulés lors du passage de cette loi à l'Assemblée nationale le 8 juin".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.