Des militants dissidents quittent l'Unef et créent un nouveau syndicat étudiant

Dans une lettre justifiant leur décision, ils expliquent notamment refuser le rôle de "maison commune de la gauche".

Des militantes de l\'Unef, lors d\'une manifestation contre la hausse des frais d\'inscription pour les étrangers, le 13 février 2019.
Des militantes de l'Unef, lors d'une manifestation contre la hausse des frais d'inscription pour les étrangers, le 13 février 2019. (ESTELLE RUIZ / NURPHOTO / AFP)

Une scission dans un syndicat étudiant historique. Des militants de l'Union nationale des étudiants de France (Unef) ont quitté l'organisation pour créer un nouveau syndicat, la Fédération syndicale étudiante (FSE), annoncent-ils mercredi 22 mai, dans un communiqué. Le nouveau syndicat assure qu'un tiers de l'équipe du bureau national de l'Unef est parti.

Dans leur communiqué, ces étudiants énoncent à nouveau leurs principaux griefs vis-à-vis de l'Unef : elle "n'a pas su s'adapter ou se réinventer", elle "s'est considérablement affaiblie" et "a perdu son rôle majeur qu'elle jouait auparavant dans les mobilisations étudiantes". Dans leur lettre, ils écrivaient refuser "d'avoir pour rôle d'être la 'maison commune de la gauche' sur les établissements d'enseignement supérieur. Pour nous, l'identité syndicale est avant tout une identité de classe".

La présidente de l'Unef Mélanie Luce a dit "regretter" ce départ, mais l'organisation compte suffisamment de membres "pour y faire face", a-t-elle déclaré à l'AFP. L'Unef, qui peine à retrouver le poids qui était le sien il y a dix ans, a perdu sa position de premier syndicat étudiant il y a deux ans, au profit de la Fage. Le nombre d'adhérents reste stable, selon sa présidente, mais l'organisation ne donne aucun chiffre sur ce sujet.