Cet article date de plus de dix ans.

Standard & Poor's a annoncé vendredi pour la première fois la baisse de la note souveraine des Etats-Unis à AA+

L'agence de notation, qui invoque notamment le déficit public croissant et le poids de la dette du pays pour justifier sa décision, ajoute qu'en raison d'une perspective négative, la note pourrait être à nouveau dégradée entre les 12 et les 18 prochains mois.Pour S & P, relever plus tôt le plafond de la dette aurait évité la perte du AAA.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Times Square, New York, le 5 août 2011: Bandeau ABC News indiquant que Standard & Poor's a baissé la note AAA des USA. (Andrew Burton/Getty Images/AFP)

L'agence de notation, qui invoque notamment le déficit public croissant et le poids de la dette du pays pour justifier sa décision, ajoute qu'en raison d'une perspective négative, la note pourrait être à nouveau dégradée entre les 12 et les 18 prochains mois.

Pour S & P, relever plus tôt le plafond de la dette aurait évité la perte du AAA.

Standard & Poor's abaisse la note à AA+
L'agence d'évaluation financière Standard and Poor's a privé vendredi de leur note AAA, la meilleure possible, les Etats-Unis, pour la première fois de leur histoire. Cette note est attribuée à la dette publique des Etats-Unis. Sa justification : les "risques politiques" face aux enjeux du déficit budgétaire.

S&P a annoncé dans un communiqué avoir abaissé d'un cran cette note, pour la porter à AA+. Elle a par ailleurs abaissé la perspective à "négative", ce qui signifie que Standard and Poor's pense que la prochaine fois que cette note changera, ce sera pour être abaissée de nouveau.

Pour l'agence, le débat politique n'est pas à la hauteur des problèmes causés par une dette publique de plus de 14.500 milliards de dollars.

Les Etats-Unis étaient notés AAA par Standard and Poor's depuis la création de cette agence en 1941. Les deux autres grandes agences, la doyenne Moody's (depuis 1917) et Fitch Ratings maintiennent, elles, le triple A pour l'économie américaine.

Des erreurs de calculs ?
Le gouvernement américain a accusé S&P de fonder sa décision sur des erreurs graves de calculs. "Une appréciation entachée d'une erreur de 2.000 milliards de dollars parle d'elle-même", a affirmé à la presse un porte-parole du département du Trésor.

Les médias américains ont affirmé que le gouvernement avait sévèrement contesté les projections des analystes de l'agence après avoir examiné les conclusions de S&P. En vain.

La perte de ce sceau d'excellence devrait avoir des répercussions brutales sur les marchés financiers, difficiles à imaginer dans l'immédiat.

Standard and Poor's avait prévenu dès avril qu'elle envisageait cet abaissement, au vu de la persistance d'un déficit budgétaire élevé et de la montée de la dette publique. Le déroulement conflictuel des débats sur le budget dans les mois suivants, qui ont débouché mardi sur le relèvement in extremis du plafond légal de la dette publique, n'avait fait que rapprocher cette perspective.

Réactions des créanciers des USA
Le Japon, deuxième détenteur mondial de la dette américaine, a assuré que sa confiance dans les bons du Trésor américain et sa stratégie d'achats de ces bons restaient inchangées.

Les bons du Trésor américains sont une référence incontestée : un étalon du coût de l'argent, un instrument servant habituellement de garantie dans une multitude de transactions, et un refuge pour les investisseurs dans les périodes troublées.

Mais la Chine, de loin le plus grand créancier mondial des Etats-Unis, a jugé samedi qu'elle avait "désormais tous les droits d'exiger des Etats-Unis qu'ils s'attaquent à leur problème structurel de dette". Pékin avait accueilli durement l'adoption du plan qui a évité un défaut de paiement aux USA, en estimant que les problèmes de leur dette souveraine demeuraient non résolus.

Le déficit budgétaire le plus élevé des pays du G20
Les Etats-Unis ont eu leurs finances publiques plombées par la dure récession qu'a traversée leur économie de fin 2007 à mi-2009. Depuis, la croissance économique est revenue mais ils ne sont pas parvenus à rétablir la santé de leurs finances publiques.

Selon les estimations du Fonds monétaire international, ils devraient accuser cette année, avec environ 9% du produit intérieur brut, le déficit budgétaire le plus élevé des pays du G20, Japon mis à part.

Il reste seize pays notés AAA chez Standard and Poor's, dont quatre du G7 : l'Allemagne, le Canada, la France et la Grande-Bretagne.

Les , même si Wall Street est parvenue à se stabiliser en fin de séance au terme d'une journée à rebondissements sur les places financières, au rythme des indicateurs et de la crise de la dette européenne. La Bourse de New York a finalement terminé en ordre dispersé, le Dow Jones se hissant de 0,54% alors que le Nasdaq a abandonné 0,94%.

Les marchés avaient aussi subi en matinée les rumeurs selon lesquelles l'agence de notation Standard and Poor's pourrait abaisser dès ce week-end la note des Etats-Unis.

A lire aussi:
>>

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.