Consommation : ceux qui disent non au Black Friday

Face aux incitations à la consommation du Black Friday, certains entrent en résistance. A-t-on besoin de tout ce qu'on achète ?

FRANCE 3

Pas de Black Friday, mais un vendredi vert dans cette entreprise de vente en ligne, basée à Niort (Deux-Sèvres). Le site internet est fermé, le patron a des principes. "C'était impensable pour nous de participer à cette gabegie de la surconsommation. On est inondé dans nos boites mail respectives de promotions et je pense qu'il y a une limite à la promotion permanente", explique Emery Jacquillat, PDG de la Camif. Ce mouvement, le Green Friday, en opposition au Black Friday, est né l'année dernière dans ce réseau d'électroménagers d'occasion.

"Promouvoir des modes de consommation durables"

À Nîmes (Gard), on donne des conseils pour prolonger la vie des machines."C'est le pendant inverse. On se dit que les ressources sont limitées, et il faut mettre en place des actions pour promouvoir des modes de consommation durables et responsables", explique Agathe Freyche, la directrice d'Envie Languedoc. Le Green Friday est encore marginal, mais il se développe. Certaines entreprises ont promis de verser 15% de leur chiffre d'affaires aux associations qui promeuvent des initiatives de réparation.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des passantes devant une enseigne \"Black Friday\", à Rennes, le 23 novembre 2018.
Des passantes devant une enseigne "Black Friday", à Rennes, le 23 novembre 2018. (DAMIEN MEYER / AFP)