"Ça ne marche pour personne, pourquoi ne pas les arrêter ?" : les professionnels s'interrogent sur l'intérêt des soldes

La Fédération nationale de l'habillement constate une baisse de fréquentation dans les magasins de 10% par rapport à l'année dernière.

Un magasin de Talange, dans le Nord-Est de la France.
Un magasin de Talange, dans le Nord-Est de la France. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

Le président de la Fédération nationale de l'habillement, Eric Mertz, a assuré sur franceinfo, lundi 28 janvier, que les soldes d'hiver 2019, débutés le 9 janvier et qui s'arrêteront le 19 février, sont décevants. "Ils ne marchent pour personne : pourquoi ne pas les arrêter ?", s'interroge-t-il. Eric Mertz représente la voix de petits commerçants indépendants, qui pèsent environ 20% du marché du textile en France. Selon lui, "on est dans un phénomène d'atonie de la consommation".

franceinfo : Quel est le bilan de ces soldes d'hiver, à mi-parcours ?

Eric Mertz : Il est décevant : une fréquentation et une activité en berne. On est sur une baisse de fréquentation de 10% par rapport à l'année dernière et entre 7 et 10% de baisse d'activité. C'est un décrochage. On peut y voir la conséquence du mouvement des "gilets jaunes". Et puis il y a eu le prélèvement à la source. Je pense que ça a un effet significatif. Les gens consomment moins tout simplement. Je pense qu'on est dans un phénomène d'atonie de la consommation. Après, il y a aussi une prise de conscience collective, une recherche de la confiance dans le commerçant et une recherche de valeur. je crois qu'il va falloir trouver des solutions beaucoup plus originales, des modèles économiques nouveaux, des modèles sociaux aussi plus durables, plus profitables et surtout, qui soient en harmonie avec la prise de conscience collective. On entend trop de consommateurs nous dire "on n'a plus confiance", parce que les prix sont complètement déconnectés de la valeur produit, "on voit des promotions toute l'année". Moi je me bats pour dire que le commerçant indépendant est un garant de confiance.

Vous réclamez donc tout simplement la fin des soldes ?

Tous les acteurs sont dans le rouge et les soldes, ça ne marche pour personne. Donc soit entretient cette spirale mortifère et je pense qu'on va encore voir des conséquences d'ordre social, soit on arrête. Pourquoi ne pas les arrêter ? Nous avons des produits de valeur. La plupart de nos clients sont enchantés de venir dans nos boutiques car ils vivent une véritable expérience. Or ces soldes ne sont pas, pour nous, l'occasion de réenchanter cette expérience-client. Alors restons dans l'enchantement. Allons jusqu'au boût, avec des prix sincères, honnêtes, fondés sur la valeur, le service, etc... jamais bradés. Essayons aussi de rester un peu plus dans la temporalité. On a trop de clients qui sont déconnectés de l'effet de saison. Retrouvons un peu de saison.

Avec des prix un peu plus élevés du coup ?

Pas forcément, vous êtes sur des justes prix, sincères et honnêtes. Cela permet aux commerçants d'avoir une vraie politique sociale et de replacer son salarié au centre de l'entreprise, pourquoi pas d'avoir des apprentis, faire de la formation en alternance ? Le client ne sera pas perdant, parce qu'aujourd'hui il n'est pas gagnant. A travers toutes ces promotions, où on fait miroiter des remises de plus en plus fantastiques, est-ce que le client croit une seule seconde qu'il est gagnant ? Chez nous, c'est gagnant-gagnant. Après, un client qui fait vivre une enseigne tout au long de l'année pourra peut-être profiter d'une opération particulière sur un article qui reste en rayon. Mais arrêtons cette banalisation de la promotion du 1er janvier au 31 décembre.