VIDEO. Climat de tensions autour de la réforme des retraites : Laurent Berger dénonce "un moment de folie collective"

Laurent Berger, invité de France Inter lundi matin, a ajouté que l'"on peut avoir des différences, des nuances, des désaccords, et se respecter".

FRANCE INTER

La réforme des retraites provoque de fortes tensions au sein de la société mais également entre syndicats. "On est arrivés dans un moment de folie collective", déplore Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, lundi 27 janvier sur France Inter. Le leader syndical fait notamment référence à l'intrusion de militants de la CGT Énergie au siège de la CFDT, le 20 janvier dernier.

Laurent Berger juge également "extrêmement insultants" des propos tenus par la CGT Énergie dans un communiqué où l'on pouvait lire que "Berger négocie les couleurs et les formes de nos futures chaînes". "On peut être en désaccord et ne pas se considérer en guerre", gronde Laurent Berger, fustigeant plus globalement les attaques sur les réseaux sociaux. "Ce type de propos extrêmement insultants, je crois qu'il faut les condamner", poursuit sur France Inter Laurent Berger avant de poursuivre : "On est arrivés dans un moment de folie collective. Je le dis très clairement. Quand on regarde les attaques des uns et des autres, par exemple sur les réseaux sociaux, on est chez les dingues." 

Laurent Berger, qui rappelle son parcours de "militant pour la justice sociale" et qui estime n’avoir de "leçon à recevoir de quiconque", plaide pour un apaisement du climat : "On peut avoir des différences, des nuances, des désaccords, et se respecter".

"Je crois qu'on a tous une responsabilité. Mais je ne suis sans doute pas le plus responsable de la bande"

Quant à savoir qui est responsable de cette montée des tensions, Laurent Berger se refuse à pointer du doigt une organisation en particulier : "Je crois qu'on a tous une responsabilité. Mais je ne suis sans doute pas le plus responsable de la bande." De plus, ces divergences parfois violentes au sujet de la réforme sont aussi le fait "d’une pratique du gouvernement qui a impliqué une logique de 'y en a qui ont raison et y en a qui ont tort'", conclut le patron de la CFDT.

Même si la CDFT concentre les critiques les plus véhémentes, Laurent Berger affirme qu'il observe les "choses avec une forme d'honnêteté. Rien n'est parfait dans le système actuel mais on ne peut pas nous vendre que du rêve. Il faut regarder les choses en face", conclut-il sur France Inter. 

Laurent Berger était l\'invité de France Inter lundi 27 janvier. 
Laurent Berger était l'invité de France Inter lundi 27 janvier.  (FRANCE INTER / RADIOFRANCE)