Cet article date de plus d'un an.

Témoignages Réforme des retraites : "Ça nous permet de participer à la grève à distance" ou quand la contestation s'organise sur Twitch

Une nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites a lieu mardi 7 février à l'appel de l'intersyndicale. Depuis le début du mouvement, la contestation se passe aussi sur internet.
Article rédigé par France Info - Pauline Boudier
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
La chaîne "Piquet de stream" a déjà collecté plus de 43000 euros pour les grévistes. (CAPTURE ECRAN TWITCH)

Battre le pavé ou taper du poing sur le clavier. À l'occasion des mobilisations contre la réforme des retraites, la contestation gagne le numérique. Un groupe de créateurs, des streamers, se sont, par exemple, mobilisés sur Twitch. Ils ont récolté ainsi 43 000 euros redistribués ensuite aux grévistes via les caisses de grève.  

>> "Une grève, ça coûte cher" : caisse centrale ou cagnotte, les syndicats se préparent à une longue bataille contre la réforme des retraites

D'autres streamers se relaient depuis le 18 janvier pour soutenir la grève. 150 streamers ont déjà tenu l'antenne sur la chaîne "Piquet de stream". On retrouve des discussions autour des retraites, mais aussi de contenus plus divertissants. Chaque jour, des milliers de personnes regardent et peuvent faire des dons. À l'initiative de cette mobilisation, on retrouve trois streamers, dont Yukaino. Pour elle, c'est une façon de s'engager : "On n'est pas neutre, la plupart des streamers sont de gauche. Twitch, ce n'est pas que des jeux vidéo. On veut aider, car on est pour cette grève. Cette chaîne nous permet de participer à la grève à distance." Certains streamers se définissent aujourd'hui comme des militants et ne le cachent pas. En 2019, déjà, des streamers lançaient le Recondustream, sur le même principe, ils avaient tenu 6 semaines et récolté 152 mille euros.

"Un souffle nouveau à la lutte" selon la CGT

Comme cette année, cet argent avait été reversé à la caisse de solidarité : une caisse de grève créée par le syndicat Info Com CGT. Pour Romain Altman, secrétaire général de la Info Com CGT et gérant de la caisse, c'est un renouveau de la lutte sociale. "Les streamers et les gamers sont des gens qui ne sont pas forcément proches ou impliqués dans les syndicats. Leur apport apporte un souffle nouveau à la lutte qu'on essaye de mener. Le syndicalisme aurait à gagner vraiment en s'inspirant du rapport qu'ont ces jeunes à la société, au travail et aussi au droit." 

>> REPLAY - Réforme des retraites : pouvons-nous vraiment travailler plus longtemps ? Le débat du Talk franceinfo

Cette nouvelle façon de se mobiliser n'est pas nouvelle, surtout sur Twitch. Les possibilités d'interagir avec les "viewers", ceux qui regardent, est très importante explique le sociologue Stéphane Amato. "Twitch, c'est un lieu où il y a beaucoup d'affects et d'émotions qui circulent. C'est un média qui est assez convivial qui touche un public plutôt jeune et c'est très communautaire.

"Ce n'est pas du tout étonnant que dans un contexte de contestations sociales, on trouve des gens qui y trouvent une place sur Twitch."

Stéphane Amato, sociologue

à franceinfo

Les contributeurs au Piquet du Stream l'assurent : ils ne lâcheront pas l'affaire et se mobiliseront aussi longtemps que des grèves et manifestations seront prévues. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.