Retraites : les Français veulent une réforme mais ne font pas confiance au gouvernement pour la mener, selon un sondage

Selon un sondage publié par le "Journal du Dimanche", les Français sont favorables à une réforme du système des retraites, mais ne soutiennent pas le gouvernement.

Le Premier ministre Edouard Philippe (au centre), avec la ministre de la Santé, Agnès Buzyn (à gauche) et le Haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye (à droite), le 18 juillet 2019 à Paris.
Le Premier ministre Edouard Philippe (au centre), avec la ministre de la Santé, Agnès Buzyn (à gauche) et le Haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye (à droite), le 18 juillet 2019 à Paris. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Oui, mais. Les Français se disent très largement favorables à une réforme du système de retraites (76%), mais ne font pas confiance au gouvernement pour la mener, et expriment plus de sympathie que d'hostilité à la mobilisation du 5 décembre contre la réforme, selon un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche publié dimanche 1er décembre.

A la question "faut-il réformer le système des retraites ?", 76% des sondés répondent oui, contre 24% de non. Le "oui" est majoritaire à travers tout le spectre politique, allant de 64% chez les sympathisants du Rassemblement national à 93% chez ceux de La République en marche.

46% des sondés favorables à la grève

Mais 64% des répondants disent ne pas faire confiance à Emmanuel Macron et au gouvernement d'Édouard Philippe pour réformer le système, contre seulement 36% qui leur font confiance. Si 94% des sympathisants LREM et 64% de ceux du Modem disent leur faire confiance, 87% de ceux du RN, 82% de ceux de LFI, 69% des sympathisants PS et 66% de ceux des Républicains et des Verts ne leur font pas confiance.

Les sondés sont 61% à estimer qu'il faut harmoniser les différents systèmes de retraite (en baisse par rapport à fin août, où ils étaient 66%), tandis que 39% (contre 34% fin août) pensent qu'il faut conserver des régimes spéciaux compte tenu des spécificités de certains métiers ou professions.

Enfin, le mouvement de grève et de mobilisation du 5 décembre obtient le soutien ou la sympathie de 46% des sondés, tandis que 33% y sont opposés ou hostiles et 21% indifférents. Si les sympathisants de LREM et des Républicains y sont majoritairement hostiles (68% et 52% respectivement), le soutien au mouvement est majoritaire au sein des sympathisants de LFI (78%), du PS (62%) et du RN (58%).

L'enquête a été menée en ligne les 28 e 29 novembre auprès d'un échantillon de 1.004 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.