VIDEO. Retraites : "Je ne suis pas immédiatement très favorable à bouger l’âge légal", assure Édouard Philippe

Mais selon le Premier ministre, il sera inévitable de travailler plus longtemps.

FRANCE INTER / RADIO FRANCE

"Je ne suis pas immédiatement très favorable à bouger l’âge légal, a déclaré Édouard Philippe jeudi 21 novembre sur France Inter au sujet de la réforme des retraites. "L’âge pivot est un élément de solutions, voyons avec les partenaires sociaux s’ils préfèrent des solutions sur la durée, sur l’âge légal, sur l’âge pivot, sur l’âge d’équilibre".

Une rencontre avec les partenaires sociaux est prévue lundi et mardi prochain à Matignon. "Je vais leur demander : il y a ça, qu'est-ce que vous proposez de faire ?, a expliqué Édouard Philippe. Est-ce que vous considérez que l'équilibre ce n'est pas grave et qu'on laissera ça plus tard à nos enfants et ils se débrouilleront ? Ou est-ce que vous considérez qu'il y a un vrai sujet et dans ce cas-là comment est-ce qu'on le règle ?"

Contre la baisse des pensions et la hausse des cotisations

Même si le chef du gouvernement a déjà des principes qu'il souhaite défendre : "Je ne crois pas qu'il soit acceptable de dire qu'on va régler le problème en baissant les pensions. Et je ne crois pas non plus qu'il soit acceptable de dire qu'on va régler le problème en augmentant les cotisations retraite des actifs d'aujourd'hui. Ça voudrait dire une cotisation augmentée assez nettement et donc une diminution assez nette du pouvoir d'achat des actifs. C'est incompatible avec ce que nous voulons faire."

"Reste des mesures qui relèvent de la même logique, a poursuivi Édouard Philippe. Travailler plus longtemps dans la vie, soit par la durée de cotisation soit par une mesure d'âge, ça m'intéresse d'entendre l'avis général."

Mais en tout état de cause, si nous voulons équilibrer le système des retraites, il faut dire aux Français, clairement, tranquillement, le faire progressivement, que nous allons travailler plus longtemps.

Édouard Philippe

à franceinfo

Sur le déficit du système des retraites, le Premier ministre a dit "attendre le rapport du COR" (Conseil d'orientation des retraites) mais "compte tenu des hypothèses les plus crédibles, on est entre 8 et 12 milliards de déficit".

Édouard Philippe, Premier ministre, est l\'invité exceptionnel de France Inter pour un Grand entretien élargi, jeudi 21 novembre 2019.
Édouard Philippe, Premier ministre, est l'invité exceptionnel de France Inter pour un Grand entretien élargi, jeudi 21 novembre 2019. (FRANCE INTER / RADIO FRANCE)