Réforme des retraites : six Français sur dix n'ont pas été convaincus par les annonces d'Édouard Philippe, selon un sondage

Seuls les sympathisants de La République en marche ont été convaincus par le Premier ministre, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro. Des annonces qui inquiètent sept Français sur dix.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le Premier ministre Édouard Philippe, lors de ses annonces sur la réforme des retraites, le 11 décembre à Paris. (THOMAS SAMSON / POOL)

Édouard Philippe n'a pas réussi à convaincre les Français, mercredi 11 décembre, lors de sa présentation de la réforme des retraites : 61% des personnes qui ont écouté le Premier ministre ou vu des commentaires sur son intervention n'ont pas été convaincues. C’est ce qui ressort du sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro publié jeudi 12 décembre.

>> Perturbations, manifestations, réactions, trafic… Suivez en direct la grève du 12 décembre et les dernières informations ici

Si l'intervention du chef du gouvernement a été largement suivie, cela n'a pas suffi à emporter l'adhésion des Français. Édouard Philippe n'a réussi à convaincre que les sympathisants LREM : 82% d'entre eux l'ont trouvé convaincant. À l'inverse, le Premier ministre n'a pas réussi à emporter l'adhésion des autres sensibilités politiques. Six sympathisants LR sur dix (59%) ne l'ont pas trouvé convaincant. 61% des proches du PS et 68% des EELV ont eu le même sentiment. La perplexité reste également largement de mise chez les Insoumis (82%) et au RN (83%).

Sept Français sur dix inquiets

Selon ce sondage, ce manque de persuasion a plusieurs raisons. Si le Premier ministre a été jugé clair sur la forme de son intervention par 54% des personnes interrogées, c'est le fond qui pose problème. Sept Français sur dix (70%) n'ont pas été rassurés par les détails donnés par Edouard Philippe. Les deux tiers d'entre eux (67%) estiment qu'il n'a pas fait de concessions importantes aux syndicats et 60% ne croient pas que la réforme présentée mettra en place un système de retraite juste et durable.

Après cette intervention du Premier ministre, le soutien à la mobilisation contre la réforme des retraites reste toujours important. Plus des deux tiers des Français (68%) estiment que le mouvement de grève est justifié. C'est autant qu'il y a une semaine. A noter qu'il y a plus d'un mois, le 30 octobre, 57% des Français jugeaient la mobilisation non justifiée. Mais à l'époque, la question ne portait que sur la grève reconductible lancée par les syndicats de la SNCF.

Résultats de l'enquête Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro, publiée jeudi 12 décembre. (STEPHANIE BERLU / RADIO FRANCE)

Un soutien massif au mouvement

Le soutien au mouvement est puissant à gauche comme à l'extrême droite. Neuf sympathisants LFI sur dix (90%), 78% des proches du PS et sept EELV sur dix (71%) appuient les mobilisations. Ils sont 80% côté des proches du RN. Sans surprise, les deux tiers des Marcheurs (66%) trouvent ce mouvement non-justifié, tout comme 57% des proches de LR.

À noter que le soutien à la mobilisation est massif de la part des 18-44 ans (76%), soit les générations directement concernées par la réforme car tous nés à partir de 1975, année de naissance à partir de laquelle s'appliquera la réforme. L'appui est aussi important (65%) auprès des 45-64 ans, les personnes nées avant 1975. Le soutien est plus mesuré mais toujours majoritaire (55%) chez les plus de 65 ans.

L'enquête met en aussi en avant les raisons du rejet de la réforme. Pour les Français, tout le monde ou presque sera perdant : les régimes spéciaux (79%), les salariés du public dans leur ensemble (66%), ceux du privé (56%), et même les femmes (53%). Seuls les retraités touchant une petite pension, soit moins de 1 000 euros par mois, seront gagnants. C'est ce qu'estiment les deux tiers des personnes interrogées (66%).

Des mesures saluées par les personnes interrogées

Malgré cette défiance toujours présente face à la réforme, plusieurs mesures présentées par le Premier ministre mercredi sont saluées par les Français. La pension minimale de 1 000 euros garantie pour ceux qui ont une carrière complète est plébiscitée par huit personnes sur dix (81%). La mise en place d'une cotisation plus forte des plus hauts revenus est saluée par 80% des sondés. Et les Français restent favorables à 63% à la fin des régimes spéciaux et la mise en place d'un régime universel.

Cette enquête Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro a été réalisée par internet les 11 et 12 décembre 2019, sur un échantillon de 1 002 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.