Réforme des retraites : pour sortir de la crise, "il faut suspendre ou retirer cette réforme", estime Boris Vallaud, président du groupe socialiste à l'Assemblée

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 10 min
Boris Vallaud, député et président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, était l'invité des "4 Vérités" sur France 2, jeudi 30 mars. -
Réforme des retraites : pour sortir de la crise, "il faut suspendre ou retirer cette réforme", estime le président du groupe socialiste à l'Assemblée Boris Vallaud, député et président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, était l'invité des "4 Vérités" sur France 2, jeudi 30 mars. - (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - T.Sotto
France Télévisions
Boris Vallaud, député et président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, était l'invité des "4 Vérités" sur France 2, jeudi 30 mars.

Jeudi 30 mars, Boris Vallaud, député et président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, était l'invité des "4 Vérités" sur France 2. Il est revenu sur la réforme des retraites, estimant que pour sortir de la crise politique et sociale autour du texte, "la réponse est assez simple : il faut suspendre ou retirer cette réforme". Concernant Elisabeth Borne, fragilisée dans son poste de Première ministre depuis l'adoption du projet de loi via le recours à l'article 49.3, Boris Vallaud a estimé que "dans un grand état de faiblesse, la question de sa capacité à gouverner est en effet posée".

Les heurts dans la manifestation à Sainte-Soline

Le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale est ensuite revenu sur la manifestation, samedi, contre la "méga-bassine" de Sainte-Soline (Deux-Sèvres), marquée par des heurts entre manifestants et forces de l'ordre : "Il y a des gens qui sont venus pour casser, et il y a eu aussi une grande violence dans les opérations de maintien de l'ordre. Chacun a pu le constater." Boris Vallaud a affirmé avoir "confiance dans la gendarmerie et la police", mais avoir "moins confiance dans le gouvernement et dans les ordres qui sont donnés" aux forces de l'ordre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.